(Communiqué)

 

Révision du PSMV : l’ASPAHR va en Appel

 

-« A la suite de la révision du Plan de Sauvegarde et de Mise en valeur (PSMV) approuvée par le préfet en 2019, l’ASPAHR – l’Association pour la sauvegarde du patrimoine artistique et historique du Roussillon -, a contesté devant le tribunal administratif de Montpellier la procédure et les résultats de cette révision.
La révision du PSMV de Perpignan a en effet été entreprise en 2014, très rapidement après son approbation (2007) et a surtout consisté à préparer le terrain pour des opérations d’urbanisme de la municipalité, au détriment du patrimoine historique de Perpignan, en déclassant massivement des immeubles protégés. L’ASPAHR n’accepte pas que le patrimoine de la ville soit la « variable d’ajustement » à moduler en fonction des projets d’urbanisme municipaux. C’est au contraire le cadre historique, artistique et paysager de la ville ancienne, inventorié et analysé avec soin, qui doit servir de base aux projets, et non l’inverse.
Par un jugement rendu en janvier, le tribunal a rejeté cette requête. L’ASPAHR, appuyée sur de nombreux conseils, maintient cependant ses griefs et a décidé d’aller en appel. Elle a pour cela l’appui de la SPPEF / Sites et Monuments, association nationale reconnue d’utilité publique et membre du G8 Patrimoine régulièrement consulté par le Gouvernement, qui partage ses vues. Une requête en appel a donc été déposée le 23 mars devant la Cour d’Appel administrative de Marseille, par le ministère de Me Catry, avocat spécialisé.
L’ASPAHR considère que tout projet dans l’ancien intra-muros doit avoir pour but de préserver et d’utiliser au mieux les qualités historiques et paysagères du vieux Perpignan, qui constituent un capital irremplaçable pour la qualité de vie de ses habitants, présents et futurs.

Cela ne veut bien entendu pas dire que rien ne doive évoluer, mais dans la majorité des cas, la réhabilitation et la modernisation doivent primer sur la destruction ou les projets faussement contemporains qui ne sont en réalité que des paravents pour des facilités techniques, opérationnelles ou financières inappropriées dans un centre ville historique.
L’ASPAHR est résolue à porter ce combat jusqu’au bout, car sa signification dépasse sans doute le cas de Perpignan mais peut aussi servir d’exemple pour de nombreux autres sites patrimoniaux remarquables au sein desquels on voit de plus en plus se développer de nombreuses atteintes au patrimoine architectural et urbain.
Elle demande à tous les amoureux de la ville ancienne et du patrimoine en général de l’aider dans cette tâche et de lui apporter un soutien financier pour mener ces procédures judiciaires, toujours coûteuses : soit en faisant un don direct à l’ASPAHR (non défiscalisé), soit un don à la SPPEF – Sites & Monuments, qui délivrera le reçu fiscal correspondant ».

 

ASPAHR – 21 rue Jean-Baptiste Lully, 66000 Perpignan
aspahr2017@gmail.com
www.patrimoine-catalan.fr