La préfecture des P-O communique :

 

« Point de situation de l’action de l’Etat concernant les Résidences “Les Oiseaux” et “Le Rigaud” à Perpignan

Les services de l’État (la Préfecture, la direction départementale de la sécurité publique et la police judiciaire) et le Parquet sont particulièrement impliqués et mobilisés dans la lutte contre les trafics de stupéfiants qui sévissent aux résidences “Les Oiseaux” et “Le Rigaud” à Perpignan. Leurs actions s’inscrivent dans le renforcement de la présence des forces de sécurité sur ce secteur depuis plus d’un an, pour faire face à de jeunes individus, mineurs pour la plupart, qui se livrent à divers actes d’incivilité et à la revente de stupéfiants.

La résidence “Les Oiseaux”, située dans le quartier du Bas-Vernet, demeure un objectif prioritaire de la police nationale, qui assure, en lien avec la police municipale, des patrouilles régulières et une surveillance constante, afin d’interpeller les dealers. Elle effectue, par ailleurs, un travail de fond et de longue haleine, pour démanteler les réseaux. De nombreuses opérations, interpellations et saisies ont été, et continueront d’y être réalisées. Sur l’année 2019, la police nationale, en lien avec la police municipale, a procédé à 54 interpellations aux Oiseaux, dont 39 en lien avec le trafic de stupéfiants et 19 concernant des mineurs ; et 13 opérations de contrôle et de sécurisation ont été initiées, l’une d’entre elles ayant conduit au démantèlement d’un important réseau de revente de stupéfiants. Depuis le début de l’année 2020, et malgré la crise sanitaire de la COVID-19, pas moins de 8 opérations de contrôle d’envergure ont été menées dans le quartier des Oiseaux, dont trois conjointement avec la police municipale. Elles ont donné lieu à l’interpellation de 12 individus auteurs d’infractions, dont 2 mineurs ; et 3 individus ont été déférés et l’un d’eux écroué. De nouvelles opérations, conduisant pour certaines à des interpellations, ont également été menées en juin 2020 au sein des résidences “Les Oiseaux” et “Le Rigaud”. Également, pendant le couvre-feu et assez régulièrement, des forces mobiles ont sécurisé le quartier, en appui de la police nationale.

Suite à plusieurs réunions inter-services à l’initiative du Préfet, en lien avec le Procureur de la République et en présence du directeur départemental de la sécurité publique, de la ville de Perpignan, de membres du Collectif de la résidence des Oiseaux et de l’administrateur judiciaire de la copropriété, un plan d’actions a été arrêté, afin d’apporter une réponse coordonnée.

Le Parquet applique à la délinquance de ce quartier une politique pénale volontariste, et a recours à des réponses judiciaires très fermes. La police nationale poursuit, en lien avec la police municipale, les patrouilles dans la cité et ses abords, et planifie d’ores-et-déjà de nouvelles opérations de contrôle d’envergure. La ville de Perpignan a envisagé la mise en place d’une deuxième caméra de vidéoprotection, cofinancée pour partie par l’Etat. La copropriété s’est engagée à effectuer les travaux de rénovation et de sécurisation nécessaires. Le recrutement d’un médiateur, dans le cadre du dispositif « adulte relais », est également prévu.

Par ailleurs, une commission, présidée par le Préfet et composée des collectivités territoriales (mairie, agglomération et conseil départemental), de l’administrateur judiciaire de la résidence “Les Oiseaux” et des représentants des propriétaires et locataires, a été récemment proposée en février, en vue d’élaborer une stratégie globale pour répondre aux enjeux sociaux d’habitat dégradé et de requalification urbaine ».