Jacques Cresta (PS), député de la 1ère circonscription des P-O et vice-président de la Région Languedoc-Roussillon, a participé ce lundi matin à la rentrée judiciaire du tribunal de grande instance (TGI) de Perpignan. Moment solennel en présence de tous les corps constitués, le président du TGI, Marc Puyssegur, a ouvert la cérémonie en rappelant tous les événements qui ont touché le tribunal au cours de l’année passée. Il a fait le point sur les départs, les arrivées… et les moyens mis à disposition du TGI par l’Etat.

Comme le veut la tradition, il a ensuite laissé la parole au bâtonnier, Me Pech de Laclause, lequel n’a pas manqué de souligner « l’augmentation significative des avocats inscrits au barreau de Perpignan et des Pyrénées-Orientales, preuve que la profession sait attirer les vocations (…) ». Il a tenu à rappeler « l’importance de l’avocat et de la diversité de ses missions (…) », marquant son inquiétude « devant la place grandissante faite aux procédures dématérialisées qui ne sauraient remplacer l’oralité et les plaidoieries (…) ».

De son côté, Achile Kiriakides, procureur de la République, après avoir manifesté sa reconnaissance à l’ensemble du personnel de la justice, « grâce à qui malgré des effectifs réduits, et dans l’intérêt du service public, la justice à Perpignan avance et arrive à traiter de nombreux dossiers (…) ». Il a tenu cependant à alerter sur la surpopulation carcérale et « les conditions de détention dans les prisons françaises (…), je souhaite que la politique de réinsertion prenne tout son sens (…) ».

Le président Marc Puyssegur a conclu cette cérémonie de rentrée judiciaire, toujours avec humour et justesse, allant de citations japonaises, en passant par la symbolique de la bicyclette, à la fable du chêne et du roseau, pour exprimer son bonheur et honneur « de présider le 26ème tribunal de France, au vu du volume des affaitres à traiter », en se félicitant « du maintien du projet de la future Cité judiciaire (…) » et en espérant que les travaux soient réalisés au plus tôt… « en attendant pour assurer de meilleures conditions de travail au personnel de la justice et des forces de sécurité ».

Le député Jacques Cresta, par le biais de son attaché parlementaire, Laurent Rosello, a été très attentif aux propos tenus par les uns et les autres, comme il l’avait d’ailleurs déjà fait en novembre 2012, concernant la future Cité judiciaire et l’attribution de moyens financiers supplémentaires pour assurer la sécurité du personnel et des prévenus… Il a pomis à sa sortie du TGI « de prendre attache auprès de Mme la Garde des Sceaux et ministre de la Justice, Christiane Taubira, afin de lui faire remonter toutes ces informations ».

La rentrée judiciaire au Tribunal de Grande Instance de Perpignan, lundi 14 janvier 2013.