Signature du schéma départemental des services aux familles 2021-2026 pour une politique concertée et partagée entre les différents acteurs

 

 

Une démarche concertée pour une politique partagée entre les différents acteurs, afin de développer et améliorer les services aux familles et réduire les inégalités dans l’accès à ces services.
Depuis près d’un an, la préfecture des Pyrénées-Orientales, la Direction départementale des services de l’Éducation Nationale, le Département des Pyrénées-Orientales, la Caisse d’allocations familiales, la caisse d’allocations familiales, la Mutualité Sociale Agricole (MSA) et leurs nombreux partenaires ont travaillé à l’élaboration du nouveau Schéma départemental des services aux familles (SDSF) pour la période 2021 à 2026 portant sur les domaines suivants : petite enfance, enfance, jeunesse, soutien à la parentalité et animation de la vie sociale.

 

Sur cette période, près de 130 personnes ont participé à son élaboration

 

Le SDSF a été validé par son instance de pilotage, le comité départemental des services aux familles, le 14 décembre 2021, et a été signé, hier, lundi 24 janvier 2022, par :
Étienne Stoskopf, préfet des Pyrénées-Orientales,
Hermeline Malherbe, présidente du département des Pyrénées-Orientales,
Edmond Jorda, président de l’Association des maires, des adjoints et de l’intercommunalité des Pyrénées-Orientales,
Frédéric Fulgence, Directeur académique des services de l’Éducation nationale,
Jérôme Capdevielle, président du conseil d’administration de la Caisse d’allocations familiales des Pyrénées-Orientales,
Pierre Marc Boistard, Directeur de la Caisse d’allocations familiales des Pyrénées-Orientales,
Céline Camgrand Vila, représentant la Présidente de la Mutualité sociale agricole Grand Sud,
• et Nicolas Macqueron, représentant le Directeur de la Mutualité sociale agricole Grand Sud.

Ce schéma départemental a pour objectif de favoriser le maintien et le développement de services et d’actions destinés aux familles et à leurs enfants dans les domaines de la petite enfance, de l’enfance, de la jeunesse, du soutien à la parentalité et de l’animation de la vie sociale.

 

La démarche repose sur des principes de mise en œuvre fondateurs et partagés

 

Il s’agit tout d’abord d’inscrire le SDSF dans le contexte territorial et social du département et de faire le lien avec les objectifs et moyens des stratégies nationales (prévention et lutte contre pauvreté, soutien à la parentalité, 1 000 premiers jours, France relance, etc.) ainsi que des différents schémas départementaux et dispositifs existants, en particulier le schéma des solidarités, les contrats locaux de santé, les projets éducatifs de territoire, les conventions territoriales globales, etc.
Par ailleurs, un co-portage du SDSF par les principales institutions concernées (Services de l’Etat, Conseil départemental, Education nationale, CAF, etc.) est assuré.
Les acteurs de terrain sont bien sûr mobilisés dans l’élaboration, le déploiement et l’évaluation des actions sur les territoires, notamment les collectivités locales et les associations qui sont les plus importants gestionnaires de services aux familles. Il s’agit, en outre, d’encourager un déploiement équilibré de l’offre de services aux familles et de s’appuyer sur la notion de « bassins de vie » ou de « territoires vécus » pour avoir une approche territorialisée cohérente.
Pour les acteurs mobilisés sur le SDSF, il y a un enjeu fort de réussir à coopérer afin de mieux articuler leurs interventions d’une part et, d’autre part, de développer des actions ou dispositifs partagés, au service des familles.

 

La gouvernance, l’animation et la coopération autour du SDSF

 

La gouvernance du SDSF repose sur des instances stratégiques et techniques : le comité départemental, le comité directeur et cinq comités techniques thématiques, soit un pour chaque domaine.
Le comité départemental des services aux familles, l’instance de pilotage du schéma, est présidé par le Préfet et vice-présidée par les représentants de la CAF, du Conseil départemental et des collectivités locales.
Il compte en complément trente-sept membres, sa composition est définie dans le cadre d’un décret et est arrêtée par le Préfet au niveau local.

 

Quelques exemples d’actions prévues dans le schéma départemental

 

En matière de petite enfance, il s’agit de soutenir et développer les modes d’accueil du jeune enfant et les relais petite enfance dans le département.

Le schéma prévoit également des actions pour faire connaître et valoriser le métier d’assistant maternel dans le cadre d’un objectif copiloté par le service de la Protection maternelle infantile du Conseil départemental et la Caisse d’allocations familiales.

En effet, ce mode d’accueil complémentaire à l’accueil collectif en crèche constitue la plus importante capacité d’accueil du jeune enfant. Or, le métier d’assistant maternel souffre d’un déficit d’attractivité et devrait connaître dans les prochaines années un renouvellement partiel de ses professionnels. Il s’agit également de favoriser l’accès aux modes d’accueil des enfants en situation de handicap ou dont des enfants dont les parents engagent une démarche d’insertion.
Dans le domaine de l’enfance, les différents acteurs se sont fixés pour objectif de favoriser l’accès et la qualité des accueils de loisirs. Le diagnostic a également mis en évidence un décrochage scolaire plus marqué dans le département qu’à l’échelle nationale.

Au regard de ce constat, l’Education nationale pilote un objectif de développement d’actions et de dispositifs de prévention comme l’opération « SOS Soutien scolaire » lancée par la Ville de Perpignan.
Concernant la jeunesse, le département compte un faible taux de scolarisation des 18-24 ans, ainsi qu’une proportion importante de jeunes sans emploi et sans formation.

La Direction départementale de l’emploi du travail et des solidarités pilote l’objectif de déploiement d’actions d’accompagnement pour les jeunes les plus éloignés de l’emploi.

Avec les acteurs concernés, elle prévoit la mise en œuvre d’actions renforcées de repérage des jeunes qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation. Elle s’appuiera également sur le déploiement local du dispositif national « garantie jeunes » ou sur des dispositifs territoriaux comme les « bataillons de la prévention » de Perpignan. En complément il est prévu de développer des actions complémentaires en direction des jeunes, notamment dans le domaine de la santé, du logement et du numérique.
Le soutien à la parentalité est également un domaine important car le département se caractérise par une forte proportion de familles monoparentales qui cumulent souvent les difficultés, tout comme les parents ayant des enfants en situation de handicap mais aussi les parents d’adolescents.

Pour répondre à leurs besoins, le Conseil départemental et la CAF copilotent des objectifs de renforcement de d’accompagnement de ces publics et une communication ciblée et adaptée. Pour cela, le Conseil départemental s’appuie en particulier sur le maillage territorial de ses Maisons sociales de proximité et ses professionnels médico-sociaux.

La CAF, quant à elle, soutient le déploiement de dispositifs, d’actions et de services mais assure également un accompagnement et verse des aides pour les familles confrontées à un évènement fragilisant.
Enfin, l’animation de la vie sociale a pour objectif de favoriser le bien vivre ensemble dans les communes ou les quartiers, d’aider à rompre l’isolement ou encore de faciliter la mise en œuvre de projets portés par les habitants. Ce domaine s’illustre notamment par l’action des centres sociaux et des espaces de vie sociale qui favorisent les liens sociaux, intergénérationnels, l’initiative des habitants au regard de leurs besoins en lien avec les problématiques de leur territoire de vie.

La Préfecture, la Conseil départemental et la CAF ont pour objectif de développer des structures et des actions en prenant en compte les orientations de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté.