(Communiqué)

 

 

-« Le point sur les travaux de la Cathédrale en présence de Monsieur le Sous-Préfet chargé du plan de Relance

Vendredi 19 février, j’ai souhaité inviter avec le président de l’Association Culturelle de la Cathédrale, Jean-Luc Antoniazzi, le sous-préfet Félix Thibaut, chargé du Plan de Relance à une visite de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan et de l’église originelle de Saint-Jean-le-Vieux. Mon collègue sénateur Jean Sol, participait à cette visite.

Cette visite s’est effectuée sous les conseils de Jean-Marc Huertas, architecte des Bâtiments de France et de son adjointe, Il s’agissait de pointer les blocages qui n’ont pas permis de continuer les travaux de restauration.

Je suis personnellement depuis de très nombreuses années les travaux de restauration de notre joyau perpignanais qui auront été un des plus ambitieux chantier mené par l’Etat en Languedoc Roussillon.

J’ai exposé au sous-préfet à la Relance, qu’après d’interminables transactions, Enedis a restitué au domaine public la chapelle originelle de Perpignan qui a abrité jusqu’en 2011 la centrale électrique d’alimentation du quartier historique de la ville, voulue en 1890 par Edmond Bartissol ! Depuis 2019, l’ensemble de l’édifice a été cédé par EDF à l’Etat.

Cette rétrocession effectuée, les travaux de l’église originelle de Perpignan baptisée Saint-Jean-le-Vieux, consacrée le 16 mai 1025 et désaffectée depuis plus de cent ans, pouvaient commencer. Le clos et le couvert ont déjà fait l’objet d’une réfection.

Or, aujourd’hui, les travaux destinés à réhabiliter Saint-Jean-le-Vieux sont à l’arrêt.

La restauration de l’Eglise Primitive Saint-Jean-le-Vieux, véritable merveille romane, permettra d’y installer le Trésor de la Cathédrale, particulièrement riche.

Gageons que, d’ici 2025, nous pourrons l’admirer et fêter en même temps son millénaire.

Un courrier a d’ailleurs été envoyé à Madame la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot.

Le sous-préfet à la Relance Félix Thibaut a été particulièrement sensible bien sûr à la beauté du site, mais également à l’urgence de commencer les travaux ».