Le syndicat UNSA de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) communique :

 

 

« Les invisibles dans la lumière

 

La crise sanitaire que nous traversons est exceptionnelle par sa nature, sa gravité, sa durée probable et ses conséquences économiques, sociales et sociétales. Pour faire face à l’urgence, la mobilisation, le dévouement et l’abnégation des personnels soignants, quelles que soient leurs catégories et dénominations (personnels d’entretien, techniques, soignants, direction…) forcent notre admiration collective et méritent notre reconnaissance absolue. Nous leur devons bien plus qu’un merci et nous leur devrons, demain, les moyens de construire une ambition collective largement repensée… « quoi qu’il en coûte » !
Au-delà du secteur de la santé, d’autres professions assurent la continuité du minimum vital pour chacun d’entre nous. On pense aux enseignants, aux caissières et caissiers, aux agriculteurs, aux pompiers, aux forces de l’ordre, aux transporteurs, aux professionnels et amateurs du milieu culturel… bref à toutes celles et ceux qui nous permettent de continuer, tant bien que mal, à vivre dans cette période de confinement.
Et puis il y a les « invisibles » ! Comprendre toutes celles et ceux qu’on ne voit pas habituellement mais dont les missions sont essentielles puisqu’ils permettent que tout le reste soit possible : ils assurent l’approvisionnement de l’énergie et de l’eau, permettent nos communications, ramassent nos ordures, surveillent nos eaux usées et le bon écoulement des eaux de pluie… Il aura fallu une crise exceptionnelle pour que ces invisibles regagnent la lumière et que chacun mesure l’importance de leurs tâches : sans eux, ce sont d’autres crises qui viendraient s’ajouter à la crise sanitaire….
Parmi ceux-ci, pour Perpignan Méditerranée Métropole (PMM), collectivité au sein de laquelle nous représentons le personnel, la continuité est assurée par des agents dont l’immense majorité a répondu présent, sans même imaginer « ne pas en être ». Il y a eu, bien sûr, des questionnements et des inquiétudes légitimes, des aménagements d’organisation, des difficultés passagères…mais la mobilisation du personnel, pour rendre le service au public, est remarquable et absolue. Ils ramassent les ordures, assurent l’alimentation en eau potable, gèrent et surveillent les eaux usées, assurent l’approvisionnement en produits agricoles (marché de gros), sans oublier celles et ceux qui sont en relai, en astreinte, en contact permanent…. Ils démontrent combien, le service public n’est pas un vain mot et qu’il est même essentiel pour faire nation. De cela aussi il conviendra de tirer tous les enseignements au sortir de la crise.
Dans ce contexte exceptionnel, par courrier daté du 20 mars, le syndicat UNSA/ PMM a proposé l’étude d’une prime pour ces personnels, dont les montants, contours et modalités seraient étudiés discutés à la fin de la période de confinement. Le principe d’une prime a finalement été acté par le Président de la République lors de son intervention du 26 mars. A la lumière des primes proposées dans d’autres collectivités, nous avons donc à nouveau adressé, en date du 2 avril, un courrier pour en définir collectivement les modalités pour Perpignan Méditerranée.
Particulièrement visibles, les personnels qui collectent les ordures ménagères reçoivent, chaque jour, des messages de soutien (encouragements, applaudissements, dessins, chocolats…) : la population reconnaît leur extrême utilité et leur confirme la fierté qu’ils ont d’exercer un métier souvent décrié. Nous devrons être au rendez-vous de cette reconnaissance : pour eux comme pour les autres, pour les services qu’ils rendent à la population, nous ne pourrons pas ne pas être au rendez-vous ».