Revenons sur la séance publique du conseil communautaire de la communauté Urbaine Perpignan – Méditerranée Métropole (PMM) qui avait lieu, lundi soir, dans l’hémicycle de l’Hôtel d’Agglo, situé boulevard Saint-Assiscle, à Perpignan, face à la Gare SNCF… côté Centre du Monde

 

Un grand moment festif qui restera gravé dans la mémoire collective des élus communautaires certes, mais, hélas, illustré par un fiasco total issu d’errances politiciennes dans un bois de saules pleureurs, une sorte de banquet de fariboles, où le gardien du temple a essayé, poussivement, de plaire au plus grand nombre, au milieu d’une agitation perpétuelle… A 22H, encore et encore, quatre heures après le top départ, certains conseillers n’en finissaient plus de consulter leur montre et smartphone, oubliant au passage le passage à l’heure d’été la veille.

Sans blâmer quiconque en particulier – de toutes façons, ne vous inquiétez pas, ils se reconnaîtront -, simple constat : le moins que l’on puisse écrire au lendemain de cette séquence à (très) vite oublier, c’est qu’elle ne s’inscrira pas au chapitre des « forces du progrès », et que le « sang nouveau », la « bouffée de jeunesse », en tout cas un « autre regard » sur le territoire que devait incarner la nouvelle gouvernance de PMM, n’est pas prêt d’éclore, d’ouvrir les yeux, sur la réalité du monde économique d’aujourd’hui.

Souvenez-vous, nous l’avions annoncé dans ces mêmes colonnes : à l’ordre du jour de la session du lundi 28 mars 2022 figurait notamment la création de l’Agence d’attractivité. Une belle idée. Une très belle idée. Ladite Agence devait prendre le relais de l’ex Agence de Développement Economique Pyrénées – Méditerranée Invest (ADE-PMI), ainsi rebaptisée par Laurent Gauze (désormais président de la CCI’66) en son temps et reprise en juin 2014 sous la présidence de Jean-Marc Pujol (LR/ Les Républicains), alors Président de PMM et maire de Perpignan.

L’ADE-PMI a permis de mettre sur les rails un certain nombre de projets, de lancer des initiatives, de mieux décrypter dans les coulisses du moteur de recherche (numérique), d’insuffler  des partenariats innovants : Label French Tech, Train de la French Tech, Missions au CES de Las Vegas, accompagnements de start-ups, installation de Windelo, Computacenter, l’Ecole 42… Création de la soirée des Ambassadeurs du territoire… Conférences emblématiques avec la participation de sommités du secteur (Oussama Ammar, Nicolas Bouzou, etc.)…

En 2020, Laurent Gauze souhaitant se consacrer à d’autres fonctions, c’est Alain Ferrand qui lui succède à la tête de l’ADE-PMI… mais rattrapé par les affaires, le maire du Barcarès n’aura que le temps d’une saison pour placer son concept du « consommer local » : en effet, il devra céder les rênes au bout de quelques mois à peine à Bernard Fourcade, ex président de la CCI’66, qui assurera l’intérim.

C’est pendant cette dernière période que germe l’idée de réunir toutes les forces vives de l’économie départementale, industrie touristique comprise naturellement, au sein d’une même entité, d’une même structure : l’Agence d’attractivité. « Innover pour avancer ! ».

Le but : rapprocher tous les décideurs et décisionnaires du territoire pour soutenir le plus efficacement possible l’activité, en s’appuyant sur le mode d’emploi de l’ADE-PMI et la route tracée, en prenant des engagements ambitieux, en partageant expériences et technologies, en redoublant d’efforts, en créant une sorte de « pot commun » pour construire le monde de demain, toujours à l’échelle du territoire, afin d’en faire bénéficier tout l’écosystème. Mais ça, c’était avant…

Patatras ! Lundi soir, devant une évidente mauvaise foi de la gouvernance de PMM de faire entrer dans son cluster (l’Agence d’attractivité naissante) les élus perpignanais de la Majorité municipale, lesquels ne demandaient pourtant qu’à obtenir une certaine légitime représentativité des Perpignanaises et des Perpignanais qui devait leur revenir de droit, le maire Louis Aliot (RN) a tout simplement décidé de partir*, en claquant la porte s’il vous plait. Et c’est irréversible.

Le 1er magistrat de Perpignan s’en est expliqué dans un long communiqué – bizarrement toujours pas démenti à l’heure où nous mettons sous presse, par le président de PMM, Robert Vila (LR), par ailleurs maire de Saint-Estève et conseiller départemental – et il devrait tenir ce mercredi 30 mars une conférence de presse** pour préciser ce qu’il en est exactement.

Entre temps, nous avons appris que certains maires pourraient rejoindre Louis Aliot… si d’aventure celui-ci décidait de créer sa propre Agence d’attractivité. Il en a les moyens. Certains maires de PMM seraient même prêts à la rejoindre.

-« Sans la participation de la Ville de Perpignan, créer une Agence d’attractivité communautaire serait ridicule, ce serait s’engager dans une impasse, puisque cela déboucherait sur une coquille vide », nous a confié l’un d’entre eux, particulièrement remonté depuis l’ambiance du conseil communautaire qui s’est déroulé lundi soir : « Cinq heures de débats pour savoir qui siègera au sein de l’Agence de l’attractivité… et zéro heure de discussion pour savoir pour quoi faire ! C’est tout simplement hallucinant. A mon avis, l’Agence est mort-née, mais surtout on a cassé un bel outil. Si c’était là le but recherché, mission accomplie. Félicitations ! ».

Reste également à comprendre désormais la ligne politique de la gouvernance de PMM. Car cet épisode, indéniablement, laissera des traces, à commencer à l’intérieur même de la Majorité.

L’intérêt, l’appétit du lucre, la vanité, le goût de la puissance, la rancune tenace, les combinaisons compliquées, sans oublier les âmes et/ ou les esprits habités de motifs insondables, etc. : tous les ingrédients étaient réunis pour une soirée disons, (très) animée… ça bouge dans la métropole, mais dans quel sens ? « Un pessimiste est un type qui regarde des deux côtés avant de traverser une rue à sens unique » (Laurence Peter, célébrité).

 

L.M.

 

*Ou plutôt ses colistiers… « comme un seul homme », car Louis Aliot était retenu à Paris ce soir-là.

**Finalement c’est demain jeudi 31 mars 2022, à 8H 30, lors d’un petit-déjeuner de presse en mairie, que Louis Aliot s’expliquera sur la position de l’équipe municipale au sein de PMM.