Ce mardi 15 septembre 2020, en fin de matinée, lors d’une conférence de presse à l’Hôtel-de-Ville, Louis Aliot, maire de Perpignan, a annoncé et présenté toute une panoplie de mesures « afin de lutter le plus efficacement possible » contre l’insécurité ainsi que toutes formes d’incivilités…

 

 

Louis Aliot, maire de Perpignan

 

-Concernant certains commerces de nuit : fermeture à 22h par arrêté municipal

« Problèmes récurrents générés par les épiceries de nuit et autres établissements dits de vente à emporter et qui vont des troubles de voisinage, tapage nocturne, ivresse sur voie publique à des troubles plus graves comme la contrebande de cigarettes ou le trafic de stupéfiants.

L’évènement d’hier et qui a suscité une très grande émotion parmi les Perpignanais mais aussi et surtout au sein des écoles Jordi Barre et Sainte-Thérèse est un évènement parmi d’autres et qui se sont multipliés au cours des derniers mois, rendant la vie de nombreux habitants tout simplement invivable. Or nous savons très bien que cet incident est peu ou prou lié à ce genre de commerces dont les devantures cachent des activités tout à fait répréhensibles du point de vue légal.

Cela ne peut tout simplement plus durer et les Perpignanais, à juste titre, sont à bout. Je ne peux pas tolérer et ne tolérerai jamais que Perpignan soit une zone de non-droit. L’heure n’est plus au laissez-faire. C’est la raison pour laquelle je viens de signer un arrêté fixant l’heure de fermeture de ce genre d’établissements à 22h, arrêté que je viens de signer ce matin.

Mais signer un arrêté, ce n’est pas résoudre un problème. Des arrêtés il y en a pêle-mêle et parfois trop. La solution réside dans l’application sans réserve de cet arrêté. Aussi, dès aujourd’hui la police municipale est chargée de son application la plus stricte et donc de s’assurer de la fermeture de tous ces établissements sans aucune exception à l’heure dite.

Je demande aussi à l’Etat de multiplier les opérations visant à relever toutes les infractions concernant la vente de produits illicites et donc à prendre toutes les mesures nécessaires pour parvenir à fermer ces établissements.

Que chacun en soit convaincu : les fauteurs de troubles n’ont plus leur place à Perpignan et ce type d’établissement n’est pas le bienvenu. D’ailleurs une opération de police municipale d’envergure a eu lieu cette nuit dans la totalité des établissements actuellement recensés pour faire comprendre qu’il est fini le temps où l’on peut faire ce qu’on veut et ceci qu’on ait un établissement au Moulin-à-Vent, au Vernet, à Saint-Matthieu ou ailleurs ».

 

 

-Une Police municipale opérationnelle 24h/ 24h : les moyens pour agir !

« Qu’il s’agisse des épiceries de nuit ou des troubles de voisinage mais aussi des points de deal et autres types de rassemblement, il s’agit de nous donner les moyens de faire en sorte que les habitants puissent retrouver leur sérénité au plus vite. Cela passe nécessairement par le fait que la loi soit appliquée 24 heures sur 24, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui puisque vous le savez l’activité de la police municipale prend fin à 2 heures du matin et que la police nationale souffre d’un manque de moyens crucial durant la période 2h/ 6h.

J’ai donc décidé que la Police municipale serait opérationnelle 24h sur 24h et c’est la raison pour laquelle j’ai demandé à mes services de travailler pour proposer au préfet un avenant à la convention qui régit les activités de notre police municipale. Cet avenant est en cours de finalisation et sera proposé au préfet dans les plus brefs délais, c’est-à-dire d’ici quelques jours. Cela supposera bien sur des moyens humains supplémentaires et j’arbitrerai les décisions concernant ce volet là aussi dans les tout prochains jours lorsque le nouveau directeur de la police municipale sera opérationnel. Mais je pense que nous devrons à terme recruter une vingtaine de nouveaux agents.

Il nous faut aussi travailler avec la population pour mieux la protéger : je pense notamment aux commerçants. Nous allons prochainement mettre en place le H-call qui consiste à doter ceux qui en ont besoin d’un interrupteur d’appel d’urgence. Cela nous le ferons dès que notre police municipale sera opérationnelle 24h/24h. Nous allons également poursuivre et développer le programme de vidéoprotection là où il y en a besoin ».

 

 

-Un maillage territorial efficace et quotidien :
« Nous allons aussi réorganiser en profondeur la Police municipale pour qu’elle soit présente partout et tout le temps. D’où la création de nouveaux postes de police dont deux seront très vite opérationnels mais j’aurai l’occasion d’être plus précis à ce sujet lors du conseil municipal. Mais sachez que la Police municipale ne sera pas une police d’opérations coup de poing visant à se substituer à la police nationale mais une police de tout les jours et de partout visant à empêcher ceux qui refusent l’ordre public et la loi de s’installer à Perpignan. A tout ceux qui se mettent contre la loi, nous les Perpignanais, nous disons ; dehors ! ».

 

 

-Pour rétablir la sécurité à Perpignan, Je propose un pacte à l’Etat !

« La sécurité, c’est le premier droit de toutes les villes et pas seulement des plus riches comme Nice. Monsieur Castex a raison de se préoccuper de la sécurité sur la Riviera mais c’est un comble qu’il ne daigne pas s’occuper de la sécurité dans les Pyrénées-Orientales.

Moi, maire de Perpignan, je veux un pacte gagnant avec l’Etat ici et maintenant contre toutes les formes de délinquance et contre tout ceux qui rendent la vie des Perpignanais invivable quotidiennement.

Ce pacte il est simple : le maire de Perpignan met sur la table tout les moyens possibles et l’Etat fait de même.

Sans plus attendre ! ».