Festival Controntation 55 : Femmes Rebelles !

Du 2 au 7 avril au cinéma Castillet à Perpignan

Avec plus de 80 films, le festival met sur le devant de la scène :
les pionnières du cinéma, en particulier les françaises Alice Guy, Germaine Dulac ou Jacqueline Audry mais aussi Hedy Lamarr, star glamour à Hollywood et scientifique dans le privé.
Le cinéma militant et féministe des années 60-70 avec Agnès Varda, Diane Kurys, Chantal Akerman, la comédienne Delphine Seyrig (Cofondatrice du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir), Lina Wertmuller en Italie…
Le festival proposera également toute une programmation actuelle de films où les femmes luttent, résistent, plaquent tout, assument…de beaux portraits cinématographiques réalisés aussi bien par des femmes que par des hommes.
Autour de rencontres, de débats et de conférences sont déjà attendu(e)s l’icône de la Nouvelle Vague Anna Karina, mais aussi l’actrice /réalisatrice Ovidie, le réalisateur et écrivain Gérard Mordillat, les cinéastes espagnole Helena Taberna, et américaine Fronza Woods et ainsi que de nombreuses spécialistes de la représentation des femmes et du féminisme au cinéma parmi lesquelles les déléguées du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir et du Festival Intenational du film de femmes de Créteil…

Artwork affiche : Manu Clabecq

 

Cycle Sydney Lumet

Du mardi 19 février au jeudi 28 février

Depuis son premier film, le célèbre 12 hommes en colère, le cinéaste Sidney Lumet a montré un goût prononcé pour les affrontements à huis-clos, une affection pour les personnages « seuls contre tous », ou encore une obsession pour les grands sujets qui hantent la démocratie (le pouvoir, la justice, la corruption…), autant d’éléments récurrents de son œuvre.
La cinémathèque a choisi, dans la longue filmographie de Sydney Lumet, 4 films, panorama de la carrière de Lumet et de ses sujets de prédilection, mais surtout des trésors cachés qui méritaient le devant de la scène.
Avec The Offence (mardi 26 février à 19h30) Sydney Lumet signe un polar d’une grande noirceur et d’une grande intelligence, avec un Sean Connery hanté et magistral dans un rôle aux antipodes du James Bond de l’époque.
Avec A bout de course (mardi 19 février à 19h30), Lumet dans un grand road movie mélancolique, filme, à travers le délitement d’une famille traquée par le FBI, la grande question de la valeur des idéaux à une époque, la fin des années 80, où l’Amérique bascule dans les années Reagan, retour de baton conservateur et libéral.
Sidney Lumet, c’est aussi le cinéaste d’une ville. Il « préférait les rues de New York aux studios d’Hollywood. Le réalisateur aurait pris cette phrase comme un compliment, lui qui s’est attaché à donner vie aux excentriques de tous poils et montrer toutes les strates de la « Grosse pomme » Le Prêteur sur gage,(jeudi 28 février à 19h30) chef d’œuvre méconnu, est un des plus beaux exemple de l’art de filmer New York livrant un instantané des quartiers latinos, juifs et noir des années 60, tout comme Le Verdict,(jeudi 21 février à 19h30) grand film de procès , dont les personnages sont immergés dans un New York grouillant dépeint avec une précision documentaire.

 

French Cancan

Le dimanche 24 février à 16h

Au programme de la Cinémathèque idéale : le chef d’oeuvre de Jean Renoir, avec Jean Gabin.
Danglard est le directeur d’une salle de spectacle à Montmartre, le Paravent Chinois. Sa maîtresse, une comédienne nommée la Belle Abbesse, en est la vedette. Pour attirer une clientèle de bourgeois, il décide de relancer une danse passée de mode, le cancan, et de faire construire un nouvel établissement, le Moulin Rouge. Nini, une petite blanchisseuse, va en devenir la nouvelle étoile.

 

© 2019 Institut Jean Vigo
Cinémathèque – Arsenal, 1 rue Jean Vielledent, 66000 Perpignan
Tél.: 04 68 34 09 39