L’Association Culturelle de la Cathédrale Saint Jean vous donne rendez- vous pour la première conférence de l’année 2016, ce mardi 5 janvier, à 20h 30,  à la Maison de la Catalanité, 11 rue du Bastion Saint-Dominique, à Perpignan : conférence de Jean-Luc ANTONIAZZI, Docteur en Histoire, « Oeuvre et Vie de Joseph Sunyer, Sculpteur en Roussillon 1696-1715 ».

Joseph SUNYER, artiste de Catalogne du Nord, n’est pas à proprement parler de cette région. Natif de Manresa, en Espagne, sa famille est cependant originaire de Barcelone. Cette famille comprenait des artisans depuis son origine, puisque le grand-père de l’artiste était menuisier comme en témoigne le lieu où il est enterré (Chapelle des menuisiers de Manresa). Nous avons peu d’informations sur le père de Joseph SUNYER, Josep « I » Sunyer, mais l’on sait que sur ses six enfants, deux filles ont épousé un sculpteur et un menuisier.

On ne connaît pas la date de naissance exacte de Josep SUNYER, mais on l’estime en 1673.

Josep SUNYER, ayant suivi la trace des ancêtres en apprenant le métier de sculpteur avec son grand-père et avec son père, il hérite de l’atelier à la mort de son aïeul en 1694. Il a probablement travaillé en Catalogne Sud avant sa période roussillonnaise. En effet , la première trace d’oeuvre de SUNYER est trouvée en 1691 : il travaille sur un retable à Puigcerdá (Espagne). Cette oeuvre lui ouvre les marchés de la Cerdagne et du Conflent.

En 1696, il signe un contrat pour le retable de Prades-en-Conflent, où il avait été appelé par les consuls de la ville qui avaient eu vent de son travail à Puigcerdà. L’atelier SUNYER naît de cette commande, il travaille ensuite plus de vingt ans en Catalogne du Nord.

Travail en Roussillon

L’atelier SUNYER compte, à partir de 1697, plusieurs « fadrins » (collaborateurs) comme Joan XAMBO, Pere NAVARRE, Josep BORDAS. De 1698 à 1714, Joseph SUNYER lui-même est membre du Collège des peintres, sculpteurs, doreurs et brodeurs de Perpignan, dont il sera nommé recteur.

En 1698, il commence à travailler à Collioure sur le retable du maître-autel, et sur un retable à l’usage d’une confrérie religieuse d’Ille, de 1699 à 1700. Appelé à Perpignan, il réalise le maître autel et le tabernacle de l’église Notre-Dame de La Réal à Perpignan, puis un retable au couvent Saint-Dominique de Perpignan.

En 1707 , il travaille à l’ermitage de Font-Romeu et réalise, en 1718, le célèbre camaril.

De nombreux retables de la région, par leur typologie, leur période, leur style, ont été attribués à Josep SUNYER.

Les influences de Josep Sunyer

Si Sunyer est le porteur de nombreuses innovations dans le domaine de la sculpture, il a néanmoins été fort inspiré par les grands artistes qui l’ont précédé, comme LE BERNIN. Cette influence est marquée dans les retables Saint-Martin de Joch et Saint-Saturnin de Boule-d’Amont, ainsi que dans le retable de l’ermitage de Font-Romeu et du Rosaire de Vinça, qui rappellent la cathèdre de Saint-Pierre de Rome.

Dans les sculptures de Saint-André qu’il réalise à Prades, Collioure et Boule-d’Amont, on retrouve, par exemple, l’influence d’une sculpture de François DUQUESNOY, visible à Saint-Pierre de Rome.

L’esprit de réforme de l’Eglise, répandu après le Concile de Trente, souffle sur les visages et les corps sculptés par Sunyer : les personnages adoptent une solennité digne, mais un mouvement vigoureux et léger.

Véhiculé par les gravures, le style baroque romain est donc patent dans l’oeuvre de SUNYER. Cependant, l’influence de certains auteurs sur Sunyer n’occasionne pas la réalisation de copies, mais d’une retranscription des modèles romains.

 

conférence Sunyer