(Communiqué)

 

« L’année 2020 s’est achevée, comme les précédentes, avec des espoirs déçus et des promesses non tenues.

Pour mémoire, en février 2020, un pré-diagnostic avait été réalisé et présenté par le Pôle des Solidarités de Perpignan Méditerranée Métropole.

La crise sanitaire et le confinement (confinement dont avaient été exonérés les « squatteurs » du Quartier des Oiseaux avec la bénédiction des autorités – cf. les nombreux courriels du Collectif faisant part d’une présence soutenue durant cette période – ont, dans un premier temps, suspendu nos espoirs.

Courant juin, un courrier de l’ancien maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol*, avait ravivé nos espérances lorsque nous avions lu que « … ce pré-diagnostic doit servir de base aux orientations de redressement de la copropriété… » et que « … ce document de travail servira de base pour une réunion de lancement avec les services de l’Etat dans le cadre d’une commission partenariale qui aura pour enjeu de valider le plan d’actions, plan de sauvegarde. »

Depuis ce courrier, rien, absolument rien n’a été proposé !

Aujourd’hui, le préfet des Pyrénées-Orientales Etienne Stoskopf nous ignore, pire encore, il se moque des représentants du Collectif et des habitants du Quartier des Oiseaux en qualifiant notre appel à engager une procédure à l’encontre de l’Etat pour carence, « d’appel au secours ».
Et pourtant, des dossiers sont maintenant prêts à être déposés.

Le préfet des Pyrénées-Orientales qui n’a toujours pas répondu à nos sollicitations alors que « le terrain » lui semblait si important : « Ce qui est important, c’est d’aller sur le terrain, d’aller quartier par quartier, îlot par îlot. ».(cf. conférence de presse).

Grâce à cet attentisme, à cette énième carence de l’Etat qui doit garantir la sécurité des biens et des personnes, l’insécurité règne et l’appauvrissement des habitants du Quartier des Oiseaux grandit.

Le bâtiment 2 de la Résidence Les Oiseaux en est aujourd’hui la preuve !
Faudra-t-il envisager de le murer comme le bâtiment 1 ?
Bâtiment 1 qui, malgré les systèmes anti-intrusions, est fréquemment squatté au nez et à la barbe des autorités !!!
Faudra-t-il une action des habitants pour contraindre le préfet des Pyrénées-Orientales à sortir de son mutisme et à l’Etat d’assumer ses responsabilités ?

En ce début d’année, nous appelons à nouveau de nos vœux qu’une réunion avec l’ensemble des décideurs (Etat, Département, Communauté Urbaine et Ville), l’Administrateur Judiciaire de la Résidence Les Oiseaux et des représentants du Collectif soit organisée pour qu’enfin un calendrier d’actions soit établi (…) ».

 

Le Collectif du Quartier des Oiseaux

 

*Courrier Mairie de Perpignan – Juin 2020