C’est une exclu de www.ouillade.eu !
Christophe Rocancourt, internationalement (re)connu pour avoir arnaqué de riches américains et des célébrités en utilisant une douzaine de fausses identités, pourrait interpréter au cinéma le rôle d’un des membres de la non moins célèbre bande de malfaiteurs, la « Dream Team », qui a sévi dans les années 90 et dont deux des sept membres parmi les plus influents étaient originaires de… Perpignan.
Souvenez-vous, comme le rappelait récemment encore Stéphane Joahny dans les colonnes du JDD (Journal Du Dimanche daté du 28 novembre 2010) : « Coupe tes moteurs et barre la route !… Lorsqu’il lit la banderole déployée sur la piste, le pilote qui vient d’atterrir sur le tarmac de l’aéroport de Perpignan n’en croit pas ses yeux. Une rafale d’arme automatique va le convaincre que son avion est bel et bien l’objet d’un braquage. A l’aide d’une échelle, l’un des braqueurs se hisse dans les soutes pour en soustraire deux sacs de la Brink’s, renfermant quelque 4 millions de Francs (600 000 euros de l’époque). L’opération ne dure pas plus de deux minutes et demie. Du cinéma ? Non. Du moins pas encore… Ce vol à main armée, l’un des plus audacieux jamais réalisé en France, s’est déroulé le 13 août 1996 par une chaleur accablante. Il est l’œuvre, les policiers en sont convaincus, d’une équipe de braqueurs français aussi professionnelle qu’atypique, surnommée la « Dream Team ». Son histoire est en cours d’adaptation pour le grand écran (…) ».
L’heure serait encore à l’écriture du scénario, même du déjà un certain nombre d’acteurs et/ ou de personnages célèbres auraient été approchés pour interpréter les rôles de Daniel Bellanger (dit Babar), Bruno Celini (dit Nono), Michel Crutel (fit le Militaire), Daniel Merlini (dit le Petit ou El niño), Christian Oraison (dit son Altesse)… et nos deux Perpignanais : Karim Maloum (fit le Gros) et Jean-Jacques Naudo (dit la Fripouille… ou Jack).
Karim Maloum, né à Pais en 1953, est un ancien pilier de l’Usap à Perpignan. Après dix années passées en prison il est responsable aujourd’hui des équipes de France de kick-boxing, nous apprend encore le JDD.
Quant à Jack Naudo, né à Perpignan en 1959, il est ancien international de rugby (jeu à XIII), beau-frère par alliance de Karim Maloum, et il s’est découvert des talents d’artiste-peintre durant sa détention. Il est revenu vivre aujourd’hui en famille sous le soleil du Roussillon.
Parmi les rôles d’acteurs pressentis pour cette adaptation cinématographique, Christophe Rocancourt, né le 16 juillet 1967 à Honfleur dans le Calvados, aurait été approché. Mais le secret reste entier en ce sui concerne le rôle exact qu’il pourrait y tenir…
En tout cas, Rocancourt était récemment à Perpignan pour repérer certains lieux, et notamment, dans le centre-ville, au bar « El Tio Pépé » (notre photo exclusive) que Jack Naudo a tenu un certain temps, dans la première moitié des années 90.
Rocancourt n’est pas passé inaperçu ! Loin s’en fait. Nombreuses et nombreux ont été les Perpignanais qui l’ont reconnu à lui demander de signer des autographes… ou à se laisser photographier à ses côtés. Une véritable star !
Star à laquelle, entre deux escroqueries et de mauvaises séquences, on doit les citations suivantes, relevées sur le site Wikipédia, à travers les biographies et les nombreux articles de presse qui lui sont consacrés : « Les vrais escrocs ils sont au pouvoir, moi j’ai ramassé des miettes » ; « On doit prendre, sinon on ne vous donne rien » ; « Je ne conseille à personne de suivre mon parcours. Parfois, des jeunes viennent me dire : Je suis comme toi. Je leur réponds : Très bien, prends toi le mur d’en face, ça ira plus vite ! » ; « J’ai payé ma dette, j’ai même laissé un pourboire »…
Toujours selon le JDD du 28 novembre 2010, et sous le titre LA DREAM TEAM DU BRAQUAGE SORT DE L’OMBRE, « Pas moins de dix-huit mois d’approche, de négociations, pontuées de gueuletons, ont été nécessaires avant la signature d’un contrat pour la réalisation du film, entre le producteur et l’avocat de la Dream Team (…). Dans le projet de film, c’est Karim Maloum qui a été désigné comme porte-parole et est associé à l’écriture du scénario. Lui est tombé sur le coup des pièces d’or (libéré pour vice de procédure) et surtout pour Gentilly (la spectaculaire attaque à l’explosif du fourgon de la Brink’s du 28 décembre 2000, synonyme de clap de fin pour la Dream Team (…) ». Car toute l’équipe, reconstituée pour partie, est « tombée » pour d’autres faits que celui de l’attaque de l’A-380 sur l’aéroport de Perpignan…
Si « Dream Team » signifie littéralement « équipe de rêve » – en référence à l’équipe de basketteurs américains de la ‘Dream Team » qui avait remporté les Jeux Olympiques de Barcelone (en Espagne) en 1992… – Karim Maloum a confié au journaliste du JDD, Stéphane Joahny : « Ce que je peux vous dire c’est que ce film, s’il sort, ce ne sera pas une apologie du banditisme. Je ne veux pas qu’en sortant de la salle (de cinéma), les gamins se disent ; wouah !, je veux faire comme les mecs de la Dream Team ! ».