La rapidité de l’interpellation de trois personnes – dont deux hommes placés en garde à vue – suite à l’agression, samedi dernier, du député perpignanais Romain Grau (La République En Marche/ LaREM), dans sa permanence du centre-ville, suscite de très nombreuses réactions et commentaires divers sur la Toile en général, les réseaux sociaux en particulier

 

C’est littéralement un tollé parmi de nombreux habitants des P-O qui s’interrogent : « L’agression a eu lieu samedi après-midi, en cinq jours seulement… Bravo à nos forces de l’ordre !… Ou plutôt, ne serait-ce pas là la conséquence de la venue du ministre de la Justice Eric Dupont Moretti, descendu à Perpignan pour deux jours, aujourd’hui jeudi et demain vendredi ? Drôle de coïncidence… ».

La question est posée. Et les internautes, quelquefois, n’y vont pas avec le dos de la cuillère pour ironiser sur « une enquête menée tambour battant en un temps record, sans oublier la rapidité avec laquelle les auteurs présumés de l’agression ont été identifiés et placés en garde à vue !!! Selon que vous serez puissant ou misérable ?… ».

Un autre poursuit : « Tel Lucky Lucke, ils ont dégainé plus vite que leur ombre, et en plus le jour où il n’y a pas un souffle de tramontane pour les y aider ! C’est plutôt rock’n’roll, non ? ».

Un autre encore : « Il est vrai que l’on n’est pas habitué en Pays catalan à une telle performance des forces de l’ordre (Qui manquent cruellement de moyens pour mener à terme leurs enquêtes), sans mettre en doute le professionnalisme de nos policiers… ».

Conclusion : loin de nous l’idée de vouloir faire du stakhanovisme, mais à la lueur de ce résultat, un seul constat s’impose : il faut inviter plus souvent le Garde des Sceaux sous le soleil du Roussillon, surtout en cas de faits graves.

Pour le reste, pour ce qui concerne l’agression dont a été victime le député perpignanais Romain Grau, on ne peut que se réjouir d’un si rapide dénouement dans une affaire qui – selon les commentateurs qui pointent sur les plateaux télévisés – « a mis la République en danger ». Il y avait donc urgence à résoudre ce dossier, preuve en est la célérité et l’efficacité avec laquelle Police et Justice ont agi. On ne peut que s’en (et les en) féliciter.

 

L.M.