Brice Sannac, président de l’Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière des P-O (l’UMIH’66) vient d’adresser le courrier suivant aux adhérents, les informant notamment que les six parlementaires des P-O* vont être approchés et saisis pour porter un message fort de l’ensemble de la profession…

 

-« Chers adhérents,

Depuis lundi soir, je suis comme l’ensemble des chefs d’entreprise du CHR, ainsi que nos équipes stupéfait suite aux annonces sur l’obligation du pass sanitaire pour nos collaborateurs et nos clients.

Nous sommes extrêmement inquiets par les mesures annoncées par le Chef de l’Etat, aussi, nous avons demandé un rendez-vous en urgence à nos parlementaires, qui vont devoir se positionner la semaine prochaine en votant ces mesures.

Nous insistons sur le fait que nous comprenons tous l’urgence sanitaire, ceci dit, nous nous interrogeons sur la méthode retenue.

– Comment exiger de nos collaborateurs un pass sanitaire au risque de déstabiliser nos entreprises qui connaissent une forte tension sur le marché de l’emploi ?

– Comment peut-on demander à des restaurateurs de vérifier l’identité de leurs clients ? Nous ne sommes pas assermentés !

– Si nos terrasses sont soumises au pass sanitaire, exigeons que les bancs publics, tables de pique-nique d’aires d’autoroutes, que les boulangeries qui servent le café tous les matins y soient soumises et mettons fin à la discrimination de nos métiers !

Dans nos métiers, nous avons une obligation de moyen, mais pas de résultat. J’ai, depuis les premiers jours du mois de juin, et à de nombreuses reprises, alerté les Services de l’Etat des Pyrénées-Orientales sur des dérives constatées par de nombreux adhérents dans certains établissements, sur des rassemblements associatifs et municipaux ! Aujourd’hui, notre profession est une nouvelle fois prise pour cible avec menaces de prison à l’appui ! Notre métier c’est de gérer des entreprises, pas de se substituer au rôle de l’Etat !

Je ne manquerai pas de communiquer les retours de nos parlementaires, leurs réponses et leur prise de position avant le vote du congrès ainsi que les retours de notre Union au niveau national avec laquelle nous travaillons à une solution acceptable ».

Brice Sannac, président de l’UMIH’66

 

*Les sénateurs François Calvet (LR) et Jean Sol (LR). Les député(e)s Sébastien Cazenove (LaREM), Laurence Gayte (LaREM), Romain Grau (LaREM) et Catherine Pujol (RN).