(Communiqué)

 

 

Hier, jeudi 14 avril, à l’invitation de Bruno Valiente, président du SYDETOM’66, et Raymond Pla, 1er vice-président, s’est tenue au siège du SYDETOM’66 la « 1re rencontre des EPCI ». Pour ce premier colloque de l’année qui portait sur les erreurs de tri dans la poubelle jaune, les élus, directeurs, techniciens et ambassadeurs du tri de tout le département ont répondu massivement présent à cette invitation.

30% d’erreurs de tri dans la poubelle jaune

Cinq ans après le passage du département des P-O à l’extension des consignes de tri, on constate aujourd’hui une dégradation importante de la qualité du tri. 30% de la poubelle jaune (+ de 7 000 tonnes) sont constitués d’erreurs de tri qui, non seulement polluent le gisement, mais réduisent aussi à néant les efforts de certains usagers et entraînent des surcoûts de traitement (+ de 600 000€/an).

Programme

Au cours de cette matinée de travail, les aspects techniques ont, tout d’abord, été abordés. Il a ainsi été expliqué à l’assistance la méthodologie d’évaluation de la qualité de la collecte sélective (caractérisations/norme Afnor NF X30) mise en place par le syndicat et qui permet notamment d’analyser les erreurs de tri des usagers. Ces caractérisations démontrent que la pollution de la poubelle jaune s’élève à 30% et qu’elle est composée de 7,77% d’ordures ménagères non recyclables enfermées dans des sacs poubelles, de 4,28% d’objets et autres appareils électriques et électroniques ou encore de 3,14% d’emballages emboîtés qui, dans cette condition, ne sont plus recyclables.

Les aspects financiers ont ensuite été développés avec la présentation du mode de calcul des surcoûts liés à ces erreurs de tri et en expliquant comment, dans le cadre de la tarification par flux mise en œuvre en début d’année, cette facturation est ventilée auprès des adhérents.

Transparence et collaboration

Le SYDETOM’66 propose, depuis 2020, des « Caractérisations Qualité » au cours desquelles les élus et les techniciens de chaque collectivité sont invités à venir contrôler, au centre de tri, des échantillons issus des collectes de leurs territoires. Jean Maury, membre du Bureau, vice-président de la communauté de communes Conflent Canigó et Nicolas Zocchetto, Directeur du Pôle déchets de cette même intercommunalité ont présenté à l’assistance leur retour d’expérience sur la précision de ce type d’analyse partagée. À la suite de ce constat, les deux Conflentois ont aussi expliqué quelles optimisations techniques et quelle stratégie de communication ils avaient mis en œuvre pour diminuer le taux de refus de tri de leur territoire.

Les Ambassadeurs Du Tri (ADT) au cœur du dispositif

Cette matinée studieuse s’est enfin achevée avec la présentation des mesures d’accompagnement et d’amélioration de la qualité du tri mises en place par le SYDETOM’66 à l’intention des collectivités adhérentes. A ce sujet, il a été rappelé aux participants l’importance de la communication sur leurs territoires et le rôle primordial de leurs ADT auprès de leurs usagers. En clôture, un bilan sur la campagne de communication départementale engagée par le Syndicat en 2021 a été dressé avant de présenter la campagne qui sera déployée en 2022 sur une durée de 8 mois et relayée par les adhérents du SYDETOM’66.

Tous les participants ont salué la qualité des interventions et des échanges qui ont permis de rendre cette matinée constructive et conviviale. Ces réunions plénières garantissent la bonne collaboration entre les collectivités et tous leurs représentants, élus et agents, ont souhaité se retrouver aussi nombreux pour une prochaine « Rencontre des EPCI » autour d’une nouvelle thématique structurante du partenariat institutionnel dans le domaine si complexe de la gestion des déchets du département !