Les élections sénatoriales auront lieu demain dimanche 25 septembre 2011.
Pour ce qui est du département des Pyrénées-Orientales, deux sièges sont à pourvoir… et douze candidats sont en lice.
Il s’agit d’un scrutin majoritaire à deux tours, organisé selon les horaires suivants…
– 1er tour : 8 h 30 – 11 h (maximum)
– 2ème tour : 15 h 30 – 17 h 30 (maximum)

La proclamation des résultats se fait à l’issue de chaque tour (salle des pas perdus du Palais de Justice de Perpignan, place Arago, où se déroule le scrutin). Le tribunal fermera ses portes après la proclamation des résultats du 1er tour jusque 14 h 30 ; à l’appel de l’association départementale des maires et des adjoints des P-O, tous les grands électeurs sont « invités » (moyennant une participation de 27 euros), à déjeuner au Palais des congrès Georges-Pompidou de Perpignan.
Il y a quatre bureaux de vote (répartition par ordre alphabétique des grands électeurs).
Les seules personnes autorisées à pénétrer dans les bureaux de vote durant l’élection sont les électeurs et les responsables des bureaux.
Dans les P-O, environ 1 100 grands électeurs sont appelés aux urnes. Pour la première fois, c’est près de la moitié des sénateurs – et non le tiers comme lors des précédents scrutins – qui vont être renouvelés. Cent soixante-dix sièges sont à pourvoir au total. Le scrutin concerne les départements classés par ordre alphabétique entre l’Indre-et-Loire et les Pyrénées-Orientales, ainsi que tous les départements de la région Ile-de-France. Les grands électeurs se rendront aussi aux urnes dans six départements des DOM-TOM : Guadeloupe, Martinique, Saint-Pierre-et-Miquelon, Réunion, Mayotte et Nouvelle-Calédonie. Enfin, les Français de l’étranger renouvellent six de leurs douze sièges.
Il faut savoir que les grands électeurs ne sont pas tous des élus. Près de 95% des membres de ce collège électoral sont des délégués des conseils municipaux. Dans les communes de plus de 30 000 habitants, non seulement tous les conseillers municipaux sont grands électeurs de droit, mais le conseil municipal désigne aussi un délégué supplémentaire pour 1 000 habitants. Cette disposition vise à garantir une représentation plus équitable des grandes villes au sein du collège électoral, qui, selon ses détracteurs, ferait la part trop belle aux villages et aux petites villes. Les conseils municipaux de ces grandes villes – au-delà donc de 30 000 habitants – sont libres de désigner qui ils veulent comme délégués supplémentaires. Dans les faits, comme le souligne Guillaume Perrault dans Le Figaro danté du samedi 24 – dimanche 25 septembre 2011, en page 4, « ils choisissent souvent des gens « sûrs », qui ne disposent d’aucun mandat électif, tels les permanents de leurs partis, les collaborateurs des élus, des parents ou des amis (…) ». Ainsi, à Perpignan, Jean-Paul Alduy et Jean-Marc Pujol ont pu choisir leurs épouses, leurs chauffeurs, leurs amis d’enfance… et quelques comiques troupiers aussi.