(Communiqué)

 

 

CONTRIBUTION A LA NOUVELLE CONCERTATION SUR LA LGV MONTPELLIER – BÉZIERS – PERPIGNAN…

 

-« Dans le cadre de cette nouvelle concertation nous vous présentons une synthèse de nos réflexions sur ce projet :
Le constat – Deux phases sont prévues :
-Phase 1 – 2030 -section la plus circulée : Montpellier – Béziers (section mixte frets-voyageurs)
-Phase 2– 2040 -Entre Béziers et Perpignan (section est dédiée aux seuls voyageurs) et la section de la Plaine du Roussillon – Toulouges (mixte frets – voyageurs).
Pour la SNCF l’objectif Phase 2 Béziers – Perpignan, à l’exception des gares Béziers/ Narbonne, représente uniquement la réalisation de l’engagement international européen et non un réel plus pour Perpignan et le Roussillon, là est le double paradoxe du passage de la ligne nouvelle sur ce secteur.
En effet, le tracé Plaine du Roussillon « droit de passage international de 15 km » se réalisera au détriment :
· De la Gare de Perpignan qui bénéficiera d’un service minimum,
· De la ZI Saint-Charles placée uniquement sur la ligne classique actuelle,
· De notre environnement par un tracé soi-disant indispensable au ferroutage, alors qu’au vu du trafic à l’horizon 2030-2040 le ferroutage n’a pas besoin des 15 km du tracé Rivesaltes-Le Soler pour revenir sur la ligne classique dès Rivesaltes.
De notre économie, de notre territoire viticole et la qualité de vie pour six de nos villages fortement impactés.
Après trente ans de concertation, au vu de l’évolution, nous avons le sentiment qu’en Roussillon, le deal de la SNCF est d’obtenir le droit de passage pour « une ligne internationale prioritaire parmi les grands projets ferroviaires » sans coût complémentaire en créant le détournement de Perpignan par une section mixte qui n’était pas prévu à l’origine.
Face à cette situation, certains de nos décideurs, redoutent de voir le projet perdre les subventions européennes. Or le coût de la section Plaine du Roussillon représente 500-600 millions € soit une subvention de plus de 15% sur la Phase 2.
Financement :
De plus, pour faire avancer le dossier 1990-2040, on nous demande de participer à son financement, soit pour le contribuable roussillonnais un engagement à tous les stades de taxation possibles.
Il est difficile de comprendre si le projet intègre le tracé Plaine du Roussillon, pourquoi nos collectivités des Pyrénées-Orientales devraient financer le tracé Béziers-Perpignan d’un coût global de 3.665 Md€ (trois milliard six cent soixante-cinq millions d’euros) pour un gain voyageur de dix-sept minutes.

 

 

 

Nos propositions :
Nous avons toujours soutenu la LGV Montpellier – Perpignan Gare Centre, mais nous sommes en opposition avec la création de la Plaine du Roussillon pour l’ensemble des raisons évoquées.
En conséquence si la décision reste dans l’impasse, pour le tracé Plaine du Roussillon – Contournement de Perpignan, nous présentons les seules options acceptables pour notre association sur deux points :
1-Le refus de financement par les quatre partenaires co-financeurs – Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, Département des Pyrénées-Orientales, communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM) et Ville de Perpignan – des 500 à 600 millions d’euros représentant le coût de ce droit de passage international, qui doit être exclusivement à charge de l’tat et de l’Europe ;
2- Au niveau des préjudices : si pour les agriculteurs, l’ensemble des entités professionnelles prennent en compte leur spécificité et leur défense il n’en est rien pour les riverains pour lesquels il nous a été rappelé que seule la stricte loi serait appliquée, pour exemple au-delà de 75 mètres de la ligne rien n’est prévu.
En conséquence nous demandons la mise en place d’une charte spécifique pour l’ensemble des habitations des riverains de cette section Plaine du Roussillon.
Dans le non-respect de ces options, nous proposons aux 4 partenaires de refuser tout financement pour la réalisation de la Phase 2 Béziers – Perpignan d’un coût global de 3.665 Md€.
Les discussions restent donc ouvertes et les responsabilités à prendre par l’ensemble des décideurs.
Tenir compte des avis et questionnements tels est le but de cette concertation qui doit être la dernière pour une réalisation du projet attendu par tous : tel est notre espoir ».

 

Le bureau de PMCV*

 

*PMCV = Protection & Maintien du Cadre de Vie.

 

PMCV-CONCERTATION SNCF communiqué (1)