Comme cela avait été convenu, c’est ce mardi 12 mai, en début d’après-midi, qu’a été organisée une audioconférence réunissant le préfet des Pyrénées-Orientales, Philippe Chopin, et l’ensemble des maires du littoral roussillonnais, du Barcarès à Cerbère, en passant par Elne qui possède un étroit débouché maritime à l’embouchure du Tech, entre les communes de Saint-Cyprien et d’Argelès-sur-Mer.

Chacune des onze communes représentées a donc pu défendre sa position en présentant ses arguments.

A ce jour, seule la commune du Barcarès avait adressé au préfet, reçu d’ailleurs hier la veille donc de cette réunion, un courrier précisant souhaits et règles pour l’ouverture des plages et du port de plaisance. Courrier accessible par le lien ci-dessous :

DEMANDE D’AUTORISATION

La règle reste les plages sont interdites.

Sauf pour les maires qui demandent une dérogation au préfet en s’engageant sous leurs responsabilités de prendre des mesures de distanciation physique. Pas de rassemblement de plus de dix personnes (groupe de personnes qui se connaissent et qui ont un lien ou un intérêt commun).

Selon Alain Ferrand (LR/ Les Républicains), maire du Barcarès, « Monsieur le préfet s’est montré très attentif et même sensible à notre démarche commune, aux arguments que nous lui avons présentés et détaillés. Il a d’ailleurs appuyé sur la notion de couple « préfet-maire » pour engager la discussion. Je suis très confiant pour la suite. Personnellement, je l’ai trouvé très efficace, sincèrement Monsieur le Préfet a saisi notre problématique, je l’ai senti très pragmatique sur le sujet et les enjeux qui nous animent  (…) ».

La suite, c’est peut-être dans un premier temps, rapidement, l’ouverture de plages dynamiques et sportives…  avec des bains de mer possibles mais ni bain de soleil ni transat permettant des positions statiques.  Le représentant de l’Etat a désormais en main le protocole des élus du littoral roussillonnais pour agir au plus vite.