(Communiqué)

 

-« Monsieur le Président de la République,

Depuis sa création en 1988, l’Association « Les Amis de Sidi-Ferruch » œuvre pour la préservation de la vérité historique relative à la présence de la France en Algérie de 1830 à 1962.
C’est donc à ce titre que nous intervenons.

Il est grandement regrettable que le rapport de Monsieur Benjamin STORA occulte la quasi-totalité de l’histoire de ces 132 années.
Sans parler des innombrables plaies béantes encore ouvertes, il permet aux autorités algériennes de mener une campagne anti-française particulièrement délétère.
Dans ce contexte dangereux, retenons tout simplement que l’hymne national algérien cite la France comme l’ennemi !

Aujourd’hui, vivent en France des Français nés en Algérie, territoire FRANÇAIS jusqu’au 5 juillet 1962 ainsi leurs descendants, qu’ils soient d’origine chrétienne, musulmane, juive ou athée et parmi eux figurent des Harkis et leurs familles.
Ils sont TOUS les enfants des 300 000 soldats ayant débarqué un certain 15 août 1944 sur les côtes de Provence pour venir libérer ce qui s’appelait alors LA MÈRE-PATRIE.

La perte de sa terre d’origine suivit d’un exil douloureux dans une autre partie de son propre pays, le mot est hélas faible dans bien des cas ; cela mériterait un minimum de respect !
Surtout que cela s’est produit à la suite des accords d’Evian non respectés et bafoués !

LA CONSÉQUENCE
Le développement actuel des polémiques et de prises de position émanant de responsables politiques ainsi que des écrits souvent imprégnés de haine et de rancœur parcourent les deux rives de la Méditerranée.
Ne sont-ils pas le résultat d’actes irresponsables et pris sans prendre en compte la réalité historique ?
Cela bien sûr avec le prisme déformant de certaines conceptions actuelles !

QUI DONC A INTÉRÉT À :
• Raccourcir 132 années d’histoire de France uniquement à une période couvrant à peine une décennie ?
• Falsifier, modifier, voire déformer la vérité historique ?
Tout porte à croire que l’objectif souhaité et à atteindre se résume à cela !

Il s’avère donc indispensable d’effectuer un rappel et de resituer l’arrivée de la France en Afrique du Nord dans le contexte de l’époque.
MAIS :
Avant de parler de l’opération victorieuse conduisant à la prise d’Alger, plaçons-nous quelque peu dans le contexte de la décennie des années 1820.
La France, l’Angleterre, la Russie et d’autres nations se sont unies pour lutter contre la puissance ottomane et ses appétits territoriaux.
C’est grâce à ces engagements que la GRECE retrouva la liberté. 2021 marquera les deux centièmes anniversaires de sa liberté retrouvée !

Dans cette continuité, en 1827 :
Le Roi Charles X et ses Conseillers décidèrent de former une armée en vue d’un débarquement sur les côtes nord-africaines à l’ouest d’Alger.
L’objectif : mettre fin à la piraterie ravageant et pillant les zones côtières européennes
Arrêter le pillage des navires à leur portée.
Les razzias effectuées par les barques barbaresques raflaient tout : (humains et biens matériels) ; en clair tout ce qui avait une valeur marchande.
Enfermés dans les prisons, hommes, femmes et enfants étaient revendus comme ESCLAVES !
Une pratique bien plus lucrative que le maintien en valeur des terres agricoles souvent abandonnées depuis la fin de l’empire romain.
Une tactique déjà utilisée par les Vandales, alors maîtres de l’Afrique du Nord en vue de ruiner Rom, incompétents dans le domaine maritime, ils engagèrent des marins natifs du sud méditerranéen.

Lors du débarquement du 14 juin 1830, Alger comme de nombreux ports appartenait à la Porte ottomane. Leurs environs étaient occupés par ses troupes qui payaient tribu à Constantinople ! Les habitants étaient soit enrôlés comme force militaire supplétive, soit soumis à l’impôt !

Précédemment, Charles Quint et d’autres nations (Angleterre, Espagne etc.) avaient tenté de détruire Alger en l’attaquant par la mer. Mais, avec des succès limités et éphémères.
Fort de son expérience de la prise du Caire, l’Empereur Napoléon avait envisagé un débarquement. Dans ce but, il avait chargé le Capitaine BOUTIN d’effectuer un relevé des côtes de la zone.

Grâce à ces données, le Roi Charles X et ses conseillers prendront l’initiative de réduire Alger par voie de terre.
Afin de circonscrire Alger, l’Armée française commandée par le Général de Bourmont débarquera sur la plage de Sidi-Ferruch le 14 juin 1830.
Après avoir battu les Janissaires turcs et leurs supplétifs indigènes, le Général DE BOURMONT à la tête de l’Armée française entra dans la ville le 5 juillet 1830.
Le Dey et toute sa suite purent partir avec leurs biens personnels.
Progressivement, les autres ports placés sous le même statut et servant de repaires aux barbaresques furent occupés. La piraterie sur la Méditerranée occidentale stoppée ; la sécurité revint sur terre et sur la mer.

Depuis l’Empire romain (Maurétanie césarienne et province romaine) le pays a été occupé par des conquérants (Vandales, Arabes puis Turcs).

EN 1830 L’ALGÉRIE EN TANT QUE PAYS OU NATION N’EXISTAIT PAS !

DONC :
Parler de colonisation de l’Algérie, est un non-sens
L’histoire est ce qu’elle est, mais elle est !

L’occupation militaire d’Alger des ports et de leurs environs immédiats sera suivie par la remise en valeur des terres laissées à l’abandon, une priorité pour les arrivants…

 

sidimacron final