Pierre Ginabat serait-il en train de réussir son pari fou ?
Le fondateur-directeur du dernier né des quotidiens français, L’Écho du Roussillon (créé le 19 février dernier), peut se frotter les mains : son journal, malgré nous dit-on une diffusion en berne, poursuit une belle carrière, près de six mois après son lancement. Peu de gens, pourtant, l’auraient parié. À commencer à la rédaction de Ouillade.eu : mea culpa.
Quoi qu’il advienne désormais, l’ex-Directeur financier du quotidien L’Indépendant a montré que le défi qu’il a osé relever en dépit d’une presse écrite moribonde au plan national, était possible.
Même si les commentaires dans le microcosme perpignano-perpignanais ne sont pas très « tendance »…
Ainsi, entendu samedi matin en terrasse d’un café place République, lors d’une discussion entre deux décideurs locaux bien connus :
– il paraît que l’avenir de L’Écho du Roussillon ne tiendrait plus qu’à un fil ?
– un fil ?… Ou plutôt à la corde du pendu !…