La démarche de Marie Costa, maire d’Amélie-les-Bains-Palalda, a au moins le mérite d’exister. Et, surtout, de s’appuyer sur des faits précis, avec des arguments politiques et historiques de poids, calqués il est vrai sur ses opinions idéologiques, ses propres convictions, et dont elle espère au travers de la lettre qu’elle vient d’adresser à tous les élus du département (des P-O) qu’ils vont finir par smacher, en tout cas par réveiller « la belle endormie »… 

Mais à entendre l’autre son de cloche, une telle indignation mémorielle – ainsi qualifié par un autre élu du Vallespir – ne serait plus pourtant dans l’air du temps : « Les habitants du territoire ont d’autres préoccupations bien plus inquiétantes et prioritaires… comme la mise en place de structures pour accompagner le vieillissement galopant de la population, l’équipement et la couverture de nos cantons sur le plan médical, la situation sociale et économique qui s’apparente localement à un bout de territoire perdu dans les méandres de l’Outre-Mer, l’état désastreux de nos routes, l’exode rural et environnemental… Les véritables urgences sont là ! ».

 

LETTRE OUVERTE A MES COLLEGUES ELUS ET A TOUS CEUX QUI AIMENT CE PAYS