Nous avons appris la disparition de Jean-Luc Malé, décédé la nuit dernière à son domicile

 

Fils de l’ancien sénateur-président du Conseil Général des P-O, Guy Malé, auquel il avait succédé lors d’une élection cantonale partielle dans le canton de Prades-en-Conflent, les 31 janvier et 7 février 1988 – il avait alors battu l’ex-députée socialiste Renée Soum, 53,87% contre 46,134% -, Jean-Luc Malé, sous l’étiquette politique UDF, avait été ensuite brillamment réélu pour un second mandat, le 29 mars 1992, restant le benjamin de l’Assemblée départementale, sous la présidence du docteur René Marquès (sénateur-maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque).

Sa carrière politique s’arrêtera net le 22 mars 1998, lorsqu’il fut battu par le candidat communiste Guy Cassoly, au détour d’une triangulaire fratricide à droite : Guy Cassoly (PCF) 41,42% ; Jean-Luc Malé (UDF) 24,71% ; et Pierre Estirach (RPR) 23,87%.

Jean-Luc Malé fera partie à droite des grands battus de ce scrutin, avec notamment les RPR Jean Rède, maire de Banyuls-sur-Mer (sur le canton de la Côte Vermeille) et Françoise Barate (à Perpignan).

Cette année-là, la gauche plurielle (PS, PCF, Radicaux…) gagnera seize des trente-et-un cantons des P-O et le député socialiste Christian Bourquin succèdera à René Marquès au perchoir du Département.

Jean-Luc Malé, fidèle parmi les plus fidèles aux côtés de feu le docteur René Marquès, aura occupé le poste de 4e vice-président dans l’hémicycle départemental.

Après son échec au cantonales de 1998, il s’est retiré à Sainte-Marie-la-Mer, où il a fait partie de l’équipe municipale de feu Pierre Roig (lequel fut également conseiller général).

D’un avis unanime, Jean-Luc Malé était très apprécié, ses interventions le plus souvent discrètes et modérées, à l’Assemblée départementale comme en conseil municipal de Sainte-Marie, révélaient en lui une part d’humanisme et de sincérité qui ne sont pas toujours l’apanage de nos hommes politiques dits « de proximité ». Lorsqu’il se lançait à fond dans un dossier, il n’en attendait aucune contre-partie, si ce n’est l’efficacité et la réussite de son acte républicain, de son initiative.

La Rédaction de Ouillade.eu présente ses plus sincères condoléances à toute sa famille et à ses nombreux proches.

 

L.M.

 

-Les obsèques auront lieu ce jeudi 10 mars 2022, à 15H. Chambre funéraire 57 avenue de l’aérodrome à Perpignan.