Jean-Claude Kaiser avec Marion Bravo, élue perpignanaise, soutenant les candidats de Louis Aliot le maire de Perpignan, Carla Muti et Jean-Marie Dionet sur le canton 10 des P-O (« Perpignan V et Canohès »)

 

Architecte de profession, aujourd’hui à la retraite, ex conseiller général des P-O (de la belle époque), ancien adjoint au maire de Perpignan (de la grande époque), empereur en Ovalie, etc.-etc. : Jean-Claude Kaiser est l’une des très rares personnalités en Pays Catalan à compter un nombre incalculable d’amis dans tous les milieux de la scène politique départementale. Il a un réseau à faire pâlir d’envie les opérateurs téléphoniques… et des contacts difficiles à ranger dans un seul Iphone !

Ok, d’accord, on exagère. Mais heureusement qu’il reste encore des gens Libres et Indépendants – tiens, ça devrait plaire au Toulousain Jean-Michel Baylet pour son Groupe de presse -, de la trempe de Jean-Claude Kaiser pour vaincre l’autocensure, pour humer ce qu’il reste encore de l’Esprit français à la sauce catalane.

Pour ces élections départementales et régionales, il a décidé – pour le fun – d’aller accompagner ses ami(e)s de tous bords, et même à bâbord et à tribord !

Visible en Vallespir, dans les Aspres, à Perpignan bien sûr, ou plus près de chez lui, au Soler, dans La Vallée de la Têt, ses apparitions – et ses répliques -, sont cultissimes. Aujourd’hui samedi 5 juin 2021, justement chez lui au Soler, la famille fête les dix-huit ans de son petit-fils Arthur (« Que du Bonheur ! »)… mais à partir de 17h il aura rejoint le camp des Intouchables. N’insistez pas, il ne sera plus joignable. La cause ? La rencontre de rugby USAP – Biarritz (finale Pro-D2) qui débutera à 17h 30 (diffusée sur Canal +). Moment sacré… autant que la montagne des Catalans, le Canigou !

 

Ici à table en terrasse du célèbre restaurant Café-Vienne, place Arago à Perpignan, avec Yves Porteix, maire de Sorède, candidat « Plus forts ensemble » sur le canton Vallespir-Albères.