Les 20 & 27 juin prochains, dans le cadre d’un renouvellement général, les habitants des Pyrénées-Orientales seront appelés à élire pour un nouveau mandat de six ans leurs représentants au Département66 dans les dix-sept cantons du territoire

L’actuelle présidente du Conseil Départemental, l’ex sénatrice Hermeline Malherbe (socialiste), 52 ans, occupe le poste de présidente depuis le 21 novembre 2010, imposée à cette fonction par feu son prédécesseur Christian Bourquin (PS) – lequel était parti à Montpellier succéder à feu Georges Frêche à la tête de la Région Languedoc-Roussillon -, dont elle n’a jamais su véritablement se détacher, en tout cas s’imposer en tant que véritablement gestionnaire à part entière. Rappelons que c’est aussi en succédant à Christian Bourquin, dont elle était la suppléante, qu’elle est devenue une sénatrice éphémère (du 27 août 2014 au 1er octobre 2017… puis battue par Jean Sol, LR, qu’elle retrouve sur sa route 66 en ce mois de juin 2021, puisque lui-même candidat à la présidence du Département).

Elue conseillère générale le 21 mars 2008 – soit depuis 13 ans, 2 mois et 12 jours -, à Perpignan, Hermeline Malherbe a choisi de migrer, électoralement partant, ou plutôt de prendre la poudre d’escampette, pour aller essayer de se faire (ré)élire dans les Aspres, après avoir été accueillie l’an passé à la mairie de Thuir, reçue avec les honneurs d’une Gauche triomphante aux élections municipales dans la liste conduite par l’indéboulonnable René Olive (qui lui cède cette année son trône cantonal). Les électeurs-trices perpignanais apprécieront…

A l’exception des médias locaux, généreusement biberonnés aux partenariats publicitaires avec la collectivité territoriale dont il est ici question, et qui ne portent donc aucun regard critique sur la gestion de Mme Malherbe, l’opinion publique du Pays Catalan semble elle en total désamour avec cette présidence dont la mandature s’achève sur un territoire où la plupart des clignotants – secteurs de l’économie, du tourisme, de l’environnement, de la santé, de la culture… et jusqu’au social ! – sont dans le rouge. Une politique départementale souvent jugée sévèrement, et pas que dans les rangs très fournis des opposants de tous bords, une politique qui aux yeux d’une majorité des habitants du Roussillon serait aujourd’hui totalement déconnectée de notre réalité territoriale.

Les candidats de la liste « le Pays Catalan c’est vous » – soutenu par #Agissons et Oui au Pays Catalan -, illustrent parfaitement ce désir de de changement pour tourner la page et recentrer l’action départementale sur davantage de proximité dans l’intérêt général du territoire. Seront-ils suffisamment entendus pour y arriver ? En tout cas, sur certains cantons, à l’image de l’un des fondateurs du concept Joan Nou (#Agissons), l’équipe du « payscatalancestvous » espère bien, au-delà de tenir le rôle des trouble-fêtes, créer l’événement, convaincue d’incarner une rupture dynamique « face à une classe politique essoufflée et interchangeable ».

 

L.M.

 

 

-Canton 05 « La Côte Vermeille » : un autre canton où le dinosaure politique sortant, Michel Moly (PS), 1er vice-président du Département66, ancien maire de Collioure (de mars 1989 à mars 2014), ne se représente pas. C’est l’actuel maire de Collioure, Guy Llobet, vice-président de la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris, qui va tenter de reprendre le flambeau dans l’hémicycle du Conseil Départemental. Mais la tâche s’annonce des plus ardues et l’issue de ce scrutin très incertaine, même si Guy Llobet peut compter sur le soutien d’une majorité de maires et d’élus du canton – Banyuls-sur-Mer, Saint-André, Argelès-sur-Mer, Port-Vendres… -, et, surtout, de la présidente de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga, qui ne cache pas sa préférence dans ce scrutin pour le maire de Collioure, car La Côte Vermeille est un territoire essentiel sur la carte géopolitique départementale. Au soir du 1er tour, logiquement c’est le binôme du Rassemblement National, constitué de Marie-Claire Deixonne-Cesari et d’Eric Paget-Blanc (de Port-Vendres), qui devrait arriver en tête. Guy Llobet et Marie-Christine Bodinier-Colomines (ex élue argelésienne très appréciée) doivent impérativement s’imposer à la 2nde place pour avoir une chance de l’emporter au second tour. Ce canton pourrait en effet tomber dans l’escarcelle du Rassemblement National de Louis Aliot. Aux cantonales précédentes, en mars 2015, Michel Moly et Marina Parra-Joly l’avaient emporté au second tour dans une triangulaire, suivis du binôme FN puis des candidats de la droite républicaine (LR – incarné par le maire de Port-Vendres). Les résultats des Municipales de l’année dernière ne peuvent en aucun cas constituer un point d’appui pour une quelconque analyse ou projection électorale dans la mesure où, par exemple, ni à Argelès-sur-Mer ni à Port-Vendres, où l’électorat « Frontiste » traditionnel est très important, le Rassemblement National de Louis Aliot ne présentait aucun candidat, aucune liste. Cette fois-ci, les électeurs-trices RN auront la possibilité d’exprimer leurs convictions… à visages découverts !

*Communes du canton 05 « La Côte Vermeille » : Argelès-sur-Mer, Banyuls-sur-Mer, Cerbère, Collioure, Palau-del-Vidre, Port-Vendres et Saint-André.

Les binômes qui se présentent en 2021 : Sébastien Goncalves et Sandrine Solé, Emmanuelle Fratani et Dominique Guérin, Marie-Christine Bodinier-Colomines et Guy Llobet, Grégory Marty et Julie Sanz, Marie-Claire Deixonne-Cesari et Eric Paget-Blanc, Laetitia Martinez et Guy Torreilles, Fiby Bouchet et Johnny Charamon.

Les résultats du 29 mars 2015 : cote vermeille

(…)

 

-Canton 06 « Perpignan I »* :  les 20 & 27 juin prochains, ce sera l’un des cantons tests pour Louis Aliot, un an après son élection à la mairie de Perpignan. Ce canton 100% ville de Perpignan avait été remporté en 2015 lors d’un duel par le binôme Annabelle Brunet & Richard Puly-Belli, avec 655 voix d’avance, face aux candidats FN Marie-Thérèse Costa-Fesenbeck & Bernard Réyès. Il faut préciser que seulement 20,72% des inscrits s’étaient déplacés et que le taux de participation avait été inférieur de près de 8 points à celui de la moyenne départementale. Ce qui est considérable. Tout reste donc possible dans ce canton, avec notamment une victoire – très attendue dans l’entourage du maire de Perpignan -, des candidats RN, Nicolas Sanchez et Sandrine Serre. Côté candidats sortants soutenus entre autres par le sénateur Jean Sol (LR) : Richard Puly-Belli ne se représente pas. Il est remplacé au pied levé par Benoît Castanedo, aux côtés donc d’Annabelle Brunet. Sauf que celle-ci, désormais, ne peut plus revendiquer une quelconque appartenance à la Majorité municipale de Perpignan depuis la défaite, l’année dernière, de Jean-Marc Pujol (LR).

*Commune du canton 06 : une partie de la ville.

Les binômes qui se présentent en 2021 : Carlos Grezes et Karine Tartas, Marie-Claude Auvergne et Michel Roca, Annabelle Brunet et Benoît Castanedo, Nicolas Sanchez et Sandrine Serre, Marc Panis et Lydia Rabehi.

Les résultats du 29 mars 2015 : canton 6 perpignan 1

(…)

 

-Canton 07 « Perpignan II »* : c’est le canton qui arbitrera LE combat des chefs ; le sénateur Jean Sol, qui conduit la liste départementale « Plus forts ensemble » (LR) et Alain Cavalière, transfuge en courant de LaREM (il figurait à la 3e place sur la liste du député En Marche Romain Grau aux dernières élections municipales sur Perpignan…), tête de liste soutenue par le RN et le Mouvement Démocratie Locale (créé pour l’occasion). Jean Sol, qui se présente en binôme avec Laurence Ausina (la maire de Bompas), avec par ailleurs des soutiens de poids et des plus symboliques – dont la présence dans son équipe de Cécile Hernandez -, devrait pouvoir réussir à conserver son siège dans l’hémicycle départemental, même si sur le secteur l’influence de l’électorat « Frontiste » n’est surtout pas à sous-estimer ; un caillou toutefois dans la chaussure d’Alain Cavalière et Katia Lucas-Geoffroy : la présence à sa droite du binôme « Clotilde Font – Philippe Symphorien » qui pourrait, à minima, le gêner aux entournures pour conforter son score…

*Communes du canton 07 « Perpignan II » : une partie de Perpignan, Bompas, Sainte-Marie-la-Mer et Villelongue-de-la-Salanque.

Les binômes qui se présentent en 2021 : Clotilde Font et Philippe Symphorien, Alain Cavalière et Katia Lucas-Geoffroy, Jean-René Casals et Marie El Jai, Laurence Ausina et Jean Sol, Nathalie Barès et Régis Cayro.

Les résultats du 29 mars 2015 : canton 7 perpignan 2

(…)

 

-Canton 08 « Perpignan III »* : après les défections de René Olive (canton Les Aspres) et de Michel Moly (canton La Côte Vermeille), voici celle de Jean Vila (PCF) qui, par ailleurs, vient de confirmer le scoop révélé par Ouillade.eu à savoir qu’il démissionnerait dès le mois prochain du poste de maire de Cabestany qu’il occupe depuis… des lustres. Sur l’échiquier politique départemental, chacun s’accorde à reconnaître que cette annonce tombe « plutôt mal sur le calendrier électoral » et qu’elle pourrait même être fatale au tandem communiste « Françoise Fiter – Rémi Lacapère » qui, sur le canton, défend les couleurs de la Majorité départementale socialo-communiste… C’est presque à se demander si Jean Vila ne l’a pas fait exprès, ironise un de ses opposants politiques : « après moi le déluge, et vogue la galère ! ». En tout cas, ce sera là la première fois que Jean Vila ne se présentera pas aux cantonales dans son canton. En 2015, en tandem avec Françoise Fiter, il avait était élu avec 58,33% des suffrages exprimés. Quelques mois après son élection, il s’était retiré pour laisser la place à Rémi Lacapère. Dans un canton où depuis deux décennies les « Frontistes » réalisent des scores particulièrement élevés, l’heure du Rassemblement National est probablement enfin arrivée avec le binôme « Bénédicte Pons – Olivier Guillaumon-Homs ». Ces derniers ont désormais (presque) toutes les cartes en mains pour accrocher le canton au palmarès visé par leur mentor, Louis Aliot (RN), maire de Perpignan.

*Communes du canton 08 « Perpignan III » : une partie de la ville de Perpignan, Cabestany.

Les binômes qui se présentent en 2021 : Pierre-Olivier Barbé et Laurence Martin, Monique Ferré et Julien Marzo, Olivier Guillaumon-Homs et Bénédicte Pons, Françoise Fiter et Rémi Lacapère ,Laurence Anies et Christian Bonnet, Philippe Brigandet et Sacha Grgurevich, Philippe Bertolin et Caroline Langlais.

Les résultats du 29 mars 2015 : canton 8 perpignan 3