Les jeux sont faits, rien ne va plus !…

En tout cas les inscriptions sont closes concernant les candidat(e)s dans les Pyrénées-Orientales aux élections départementales qui auront lieu les dimanches 20 et 27 juin prochains.

Au total, la préfecture des P-O à Perpignan a donc officiellement enregistré ce mercredi 5 mai 2021 à 16h (clôture des inscriptions) 384 candidat(e)s – têtes d’affiche et remplaçants suppléants compris -, répartis dans 96 binômes (chaque binôme comprend quatre candidatures) sur les dix-sept cantons renouvelables qui maillent le territoire du Département66.

Pour les amateurs de statistiques en tous genres : 384 candidat(e)s, c’est pile-poil la population du village de Sahorre, situé dans le canton Le Canigou, arrondissement de Prades-en-Conflent. Si justement tous ces binômes réunis pour les élections départementales constituaient une population municipale, elle serait alors plus peuplée que 109 communes des P-O !

Qui a dit que la politique n’intéressait plus personne ?…

Dans trois des dix-sept cantons, il y aura même des records de candidatures avec la présence de pas moins de sept binômes dans cette compétition électorale. Ce sera le cas sur La Côte Vermeille (Argelès-sur-Mer), où la succession de Michel Moly, 1er vice-président socialiste du Département66, promet une météo électorale des plus agitées, tant la lutte sera âpre. Ce sera également le cas dans le canton VIII Perpignan-3 (Cabestany), très convoité, où là aussi la succession du communiste historique Jean Vila aiguise les appétits… et les longs couteaux ! Enfin, sept binômes encore dans les starting-blocks du canton 10 Perpignan-5 (Canohès), dans lequel on trouve une concentration de cadors d’exception : la présidente de la fédération départementale Les Républicains des P-O (LR’66), Christine Gavalda-Moulénat, scotchée au conseiller départemental sortant Jean-Louis Chambon (qui a fait les heures de gloire du PS local)) ; Francis Daspe, le secrétaire départemental de La France Insoumise (LFi)… Ambiance, ambiance !

Et puis, ne l’oublions pas, comme le site Ouillade.eu a été le premier à l’annoncer en début d’après-midi : la candidature confirmée du maire du Barcarès et 1er vice-président de la communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée, Alain Ferrand (LR), en binôme avec la maire-ajointe de Claira, Nathalie Denis* (« Oui Au Pays Catalan »), soutenus à l’arrière par Laetitia Aguilar, maire-adjointe à Villelongue-de-la-Salanque (commune située hors canton de La Côte Salanquaise) ainsi que par Jérôme Palmade, nouveau maire de Pia.

L.M.

 

*De source généralement bien informée – mais non autorisée -, Marc Petit, maire de Claira, qui se présente en binôme avec Mado Garcia-Vidal sur ce même canton de La Côte Salanquaise, s’apprêterait à retirer toutes les délégations à sa 1re adjointe… laquelle se présente contre lui ! Vous parlez d’un vrai binz ! Et nous ne sommes là qu’au début du commencement…