Elle (nous) revient. Elle, c’est Marie-Louise Banyols. Un nom qui a défrayé la chronique gastronomique roussillonnaise dans les années 80-90, portant toujours plus haut et encore plus loin les couleurs de l’art culinaire catalan. Au point qu’avec son époux, Didier, en tandem avec un autre duo, Rachel et Jean Plouzennec*, ils ont formé un quatuor d’exception qui a permis au département des P-O d’avoir un restaurant qui avait décroché deux macarons dans le firmament du Guide Michelin. C’était la table des Feuillants. C’était à Céret. C’était en 1997 & 1998. C’était la seule et unique fois, en terres catalanes, qu’une enseigne brillait de deux étoiles. C’était la belle époque. Mais ça, c’était avant !

 

En même pas une décennie, le quatuor avait érigé cette adresse passionnément gourmande, blottie dans un hôtel particulier du centre de Céret – dont les murs étaient la propriété d’un estimable bouchonnier du coin, Robert Pairot -, en un lieu doublement étoilé, certes, où l’accueil et le service étaient de grande classe, mais surtout en une superbe et grande maison. Tout simplement.

Marie-Louise y apportait l’indispensable touche inséparable de l’excellence en cuisine : son métier de sommelière, qu’elle a toujours exercé avec une énergie singulière, particulière, incontestablement liée à sa connaissance illimitée dans tous les domaines viticoles. Avec elle, il ne suffisait pas d’envoyer un commercial auréolé d’une étiquette prestigieuse pour faire partie du casting, pour avoir le nom de sa bouteille inscrit à toutes lettres sur la carte des Vins des Feuillants. Oh, que non !

Elle n’a jamais renoncé à ses exigences. Comme on vous l’écrit. Eternellement soucieuse du détail, dans le respect des hommes et des femmes ambassadeurs de cette mosaïque nommée « terroirs » ; même s’il fallait aller jusqu’à la polémique, s’appliquant à elle-même cette citation chinoise : « La Terre est un miroir des cieux ».

Depuis, la relève se fait attendre, même si certains talentueux talents ont éclos debout au piano, devant les fourneaux… Le compte – 2 étoiles – n’y est toujours pas.

Marie-Louise Banyols revient sous le soleil du Roussillon. Mais ce n’est ni en tant que sommelière ni en tant que cuisinière. C’est en tant qu’écrivaine. Une passion, l’écriture, qui a toujours fourmillé dans sa tête – logique, à force de côtoyer plusieurs décennies durant des journalistes devenus d’indéfectibles amis -, et qui devait bien finir un jour par noircir les pages blanches sorties d’un journal à spirale.

Olivier Reynal (pour le parrainage), P-DG des Caves du Roussillon, Pierre Torrès (contributeur) et Pierre Parcé (pour les photographies), l’ont accompagnée dans sa démarche, un parcours in fine qui aura duré trois ans. Trois années pendant lesquelles c’est à l’encre des souvenirs qu’elle s’est replongée dans le précieux patrimoine viticole du département des Pyrénées-Orientales, avec l’irrésistible envie de nous remémorer ces noms de femmes, d’hommes, de vignobles, de domaines et de caves, qui ont grandement permis à la vigne catalane d’être ce qu’elle est devenue et qu’elle est aujourd’hui.

Au travers de quarante-trois témoignages, une galerie de portraits de vigneron(e)** qu’elle a vu naître, batailler et innover pour survivre, vivre – et d’autres malheureusement qui ont disparu -, dans ce berceau de la viticulture française qu’est le Roussillon, entre Mer et montagne, entre Méditerranée et Pyrénées, elle nous conduit avec une rare effervescence littéraire dans un jardin extra-ordinaire.

Cet ouvrage, « De l’étoile aux étoiles »*** (paru aux éditions Trabucaire de Perpignan), est le chapitre qui manquait à l’Histoire de la vigne et du vin d’ici. Après la « femme du vin » cultivée, la cuisinière engagée, avec l’écrivaine amoureuse Marie-Louise Banyols nous découvrons une sorte de botaniste intuitive, un témoin privilégié et passionné qui nous emmène dans des échappées nostalgiques pour des dégustations immersives toujours actuelles et savoureuses !

 

L.M.

 

*Jean Plouzennec, toujours installé à Céret où il gère l’Hôtel Les Arbousiers (28 rue des Baoussous), est le président-fondateur de Les Toques Blanches du Roussillon/ Occitanie.

**André Brugirard, André Parcé, Cathy Rousseil-Muciolo, Eliane et Jean-Marc Lafage, Famille Dauré, Fernand Vaquer, Frères Cazes, Henri Lhéritier, Gérard Gauby, Hervé Bizeul, Jean-Pierre Centène, Marc Parcé, Michel Jomain, Paul Schramm…

*** »De l’étoile aux étoiles » (Ed. Trabucaire) sera officiellement présenté ce mardi 31 mai 2022, à 11H, au restaurant Vigatane, à Canet-en-Roussillon (village), lors d’une conférence de presse-cargolade.