La préfecture des P-O à Perpignan communique :

 

 

« HOMMAGE AUX PERSONNES ENGAGEES DANS LA LUTTE CONTRE LA COVID-19 A L’OCCASION DU 14 JUILLET A PARIS

Cette année, le célèbre défilé du 14 juillet à Paris sera remplacé par une cérémonie d’hommage sur la place de la Concorde.

Les acteurs et actrices ayant lutté contre le coronavirus seront mis à l’honneur par le Président de la République, et un hommage aux soignants est prévu.

Dans cette perspective, quatre personnes des Pyrénées-Orientales ont été conviées à cette cérémonie et représenteront au niveau national l’ensemble des personnes du département qui ont joué un rôle majeur au cours de la crise sanitaire :

– Mme Sabine ESTEVE, gestionnaire de la ligne de caisse à l’hypermarché Auchan Perpignan a dû s’assurer du respect des gestes barrières mis en place mais également rassurer et accompagner les hôtes/hôtesses de caisse durant cette situation “exceptionnelle”. Sa priorité a été de garantir au mieux la sécurité et le bien-être des employés ainsi que celle des clients.

– Mme Marie-José VILACECA, masseur-kinésithérapeute a choisi volontairement de s’occuper de la rééducation des patients atteints de la covid-19 dès leur arrivée vers la clinique de soins de suite et de réadaptation supervaltech de Saint Estève. Ces personnes se trouvaient dans un état d’épuisement et de faiblesse physique et respiratoire extrême, sa priorité fut de les aider à récupérer dans de meilleures conditions.

– M. Daniel CALAFAT, infirmier, engagé auprès de la réserve sanitaire depuis 2011. Cet engagement a pris corps tout particulièrement dans le cadre de la lutte contre la covid-19 à l’occasion de 3 missions de renfort remplies auprès des ARS des régions Centre, Ile de France et Hauts de France.

– M. Nicolas MONTSERRAT, infirmier, président de l’association secours sauvetage 66, a mis en place en lien avec la préfecture, l’ARS, le conseil départemental et Médecins sans frontières, le 1er hôtel en France qui hébergeait des personnes contaminées par la covid-19 ne nécessitant plus d’hospitalisation mais qui étaient susceptibles de transmettre le virus à leur entourage. Ce dispositif était destiné à l’accueil des personnes qui devaient se confiner mais qui n’avaient pas forcément les moyens matériels de le faire dans de bonnes conditions ».