Allez, courage ! Mais surtout ne perdez pas le sens de l’humour et de l’optimisme qui vaincra tout le reste y inclus la bêtise…

 

-Un Barcarésien : « Les couples en instance de divorce sont-ils confinés au domicile familial, condamnés à rester sous le même toit, en attendant la séparation ? ».

-Un Perpignanais : « Oh secours, tous les bars sont fermés ! S’il vous plait, appelez Marcel en renfort afin qu’il jette de l’anisette dans les fontaines de la ville ».

-Un Port-Vendrais : « Prions pour que les psychiatres, psychologues et autres « cerveaulogues » n’attrapent pas ce virus. Ce confinement rend fou, au bout de deux jours, je commence à déprimer. Je vais acheter un chien pour pouvoir sortir ».

-Un Perpignanais : « Confiné ou con-fini, tu choisis ! ».