Candidate à l’élection présidentielle de 2022, Marine Le Pen (RN) est actuellement « en tournée » dans la région Occitanie. Après s’être rendue respectivement à Béziers (Hérault) et à Carcassonne (Aude), elle devrait arriver sur le sol roussillonnais, à Perpignan plus précisément, dans la soirée de ce samedi 8 janvier 2022, où elle sera accueillie par le maire, Louis Aliot, vice-président du Rassemblement National (RN)

 

La députée de la 11e circonscription du Pas-de-Calais et conseillère départementale connaît très bien le département des P-O pour y avoir vécu un certain temps, très exactement à Millas (fief de feu Christian Bourquin, ancien sénateur-maire socialiste, puis président socialiste du Conseil Général66 et enfin président de l’ex-région Languedoc-Roussillon).

Nul doute que pendant son périple roussillonnais, gestes et paroles de la candidate Marine Le Pen seront particulièrement scrutés, par les journalistes, éditorialistes et autres plumitifs (redevables à la Macronie), notamment après ses réactions aux violents propos du Président de la République Emmanuel Macron qui se flattait dans les colonnes du journal Le Parisien de vouloir « emmerder les non-vaccinés » : « Emmanuel Macron ne sait que faire ça, diviser pour mieux régner ! », avait-elle commenté sans langue de bois.

Rappelons que si le système électoral en vigueur a permis, lors des dernières élections cantonales sur le calendrier, à la gauche socialo-communiste (PS + PCF + PRG + écolos divers) de se maintenir à la tête de la majorité départementale pour gouverner le Département66, en nombre de voix, sur la totalité du territoire des P-O, c’est pourtant bien le RN qui est largement arrivé en tête.

Ce dimanche 9 janvier 2022, Marine Le Pen visitera les postes frontières franco-espagnol du Perthus et de Cerbère, à cheval sur les Pyrénées, et se rendra dans la foulée au Centre de Rétention Administratif (CRA) basé à Rivesaltes où elle tiendra une conférence de presse (dans le strict respect des gestes barrières liés à la crise sanitaire coronavirus). Thèmes : immigration clandestine (c’est un secret de polichinelle ces deux postes-frontières sont de véritables passoires au quotidien) et l’insécurité grandissante qui en découle dans les P-O, que ce soit à Perpignan le bourg-centre certes, mais également dans des communes comme satellites de ces deux postes-frontières comme Banyuls-sur-Mer ou Le Boulou, entr’autres).

Le même parcours initié par un certain Emmanuel Macron Président de la République Française,  le 5 novembre 2020… En s’entretenant in-situ, Marine Le Pen pourra vérifier la portée des propos présidentiels d’alors, si, par exemple le dispositif de contrôle de l’immigration clandestine à le frontière franco-espagnole du département a véritablement été renforcé depuis le mois de novembre 2020 (avec l’appui notamment de deux unités de force mobile) et qu’elle est son efficacité, etc.-etc.

A suivre.

 

L.M.