(Communiqué)

 

-« La France est la première destination touristique mondiale. Cette attractivité est due à la richesse de son histoire, son patrimoine bâti, son art de vivre, mais aussi à la diversité et la beauté de ses paysages, de la mer à la montagne. Cet été, cette attractivité est réellement mise à mal par les incendies géants qui font rage en Aquitaine, Bretagne, Provence ou en Occitanie. Plus de 21 000 hectares de forêts ou de landes sont déjà partis en fumée, des habitations et des entreprises, le plus souvent touristiques, ont été ravagées par les flammes.

Jusqu’à ce jour, les Pyrénées-Orientales sont à peu près épargnées par ces grands incendies. Le pire a été évité, début juillet, sur le territoire de la commune Opoul-Périllos, située entre Salses et Rivesaltes, avec plus de mille hectares brulés et un camping évacué in extrémis…. Du massif des Albères, du Vallespir aux Aspres, en passant par le Conflent ou les Fenouillèdes jusqu’aux forêts des hauts cantons, la sècheresse est là. Tous les jours, les habitants et les professionnels du tourisme sont conscients du danger et vivent dans la crainte de voir le patrimoine naturel qui les entourent, défiguré pour des années.

L’équipe d’élus de la CCI des Pyrénées-Orientales présidée par Laurent Gauze lance une alerte

En effet, au-delà des conséquences dramatiques sur la faune et la flore, ces incendies mettent à mal l’image de la France et son attractivité touristique. Qui aura envie de visiter un littoral et un arrière-pays dévastés sur des kilomètres, aux arbres calcinés, aux établissement incendiés ? Face au changement climatique, une large réflexion doit être menée d’urgence sur les mesures à prendre pour préserver le patrimoine environnemental français et la préservation de la filière touristique française tellement importante pour l’économie nationale.

Dans cette attente, les élus de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Pyrénées-Orientales (CCI’66) tiennent à exprimer leur soutien aux populations et aux professionnels touchés par les incendies. Ils rendent hommage aux sapeurs-pompiers et aux secouristes engagés sur le terrain, 24 heures sur 24 et depuis plusieurs semaines, pour limiter les dégâts et leurs conséquences ».