(Communiqué)

 

Un week-end de découverte et d’intégration des médecins et étudiants en médecine dans les P-O, les 24 & 25 septembre 2022

 

-« Notre département des Pyrénées-Orientales est en proie actuellement à un phénomène de désertification médicale, nos concitoyens éprouvant de plus en plus de difficultés à accéder aux soins de proximité et devant faire face, lorsqu’ils y parviennent, à des délais plus qu’insatisfaisants.
Ce phénomène touche particulièrement les zones rurales et périurbaines et il ne se limite pas aux soins de premier recours, mais englobe l’accès aux spécialistes (ophtalmologues, gynécologues, pédiatres, dermatologues…) et à tous les professionnels de santé (sage-femmes, kinésithérapeutes, infirmiers…).
Il est donc urgent de stopper le développement de zones sous-médicalisées sur notre territoire.

 

 

« Agir en partant du terrain »

 

La modification du paysage médical français incombant aussi bien à sa démographie qu’au fonctionnement du système de santé actuel, j’ai choisi d’aborder la question de la démographie médicale en partant du terrain.
J’ai donc décidé, en ma qualité de secrétaire et membre de la commission des Affaires sociales et d’ancien directeur de la qualité des soins au Centre hospitalier de Perpignan, de répondre à l’appel de nos élus en favorisant la venue d’étudiants en médecine et d’internes dans notre beau département.
Ce week-end de découverte et d’intégration se déroulera sur deux jours en présence de praticiens en activité et il permettra aux futurs médecins de prendre la mesure à la fois des infrastructures mises à disposition et de la qualité de vie qu’ils trouveront en s’établissant chez nous.
Les atouts de notre département sont nombreux et largement à même de convaincre ces jeunes professionnels. Nous nous attacherons à les valoriser auprès d’eux.

 

 

Une réponse concrète qui sera renouvelée dans tout le département

 

 

Cette action, vouée à être renouvelée chaque année dans différentes communes des Pyrénées-Orientales, répond quant à elle à la volonté que je partage avec l’intersyndicale nationale des jeunes internes, de :
. Favoriser les initiatives territoriales apportant des réponses aux besoins de santé ;
. Traiter l’urgence tout en anticipant les évolutions nécessaires d’ici cinq à dix ans ;
. Développer des politiques de santé basées sur des modèles sociaux ;
. Sensibiliser les étudiants, facteur décidant majeur dans leur future installation ;
. Favoriser l’engagement pluridisciplinaire des collectivités territoriales, médecins et établissements de santé sur le long terme ;
. Réduire la fracture sociale et les inégalités de santé par une aide à la mise en œuvre de la politique en matière de prévention.
Gageons que ces futurs médecins seront attirés par notre territoire et qu’ils auront plaisir à s’y établir ».

 

Jean Sol (LR/ Les Républicains), sénateur des P-O.