(Communiqué)

 

 

 

« Le ferroviaire au cœur des mobilités en Occitanie
La Région Occitanie est particulièrement engagée et volontariste pour les mobilités, pour le droit à la mobilité pour toutes et tous en région. Dans ce cadre, les liaisons ferroviaires sont au cœur du service public régional des mobilités, LiO.
Les élu-e-s du groupe communiste, républicain et citoyen soutiennent et agissent pour cette orientation structurante pour la région. Nous soutenons le « Plan rail » de 800 millions d’euros d’ici 2030 pour les infrastructures ferroviaires de desserte fine du territoire. La direction de Sncf Réseau annonce un besoin de 1 milliard 700 millions d’investissement sur cette période, la Région Occitanie agit pour sauvegarder et pérenniser le maillage ferroviaire. C’est aussi ce qui motive le financement de 50 postes supplémentaires à Sncf Réseau pour mettre en place une agence en Occitanie permettant de mettre en œuvre le Plan rail. C’est la seule Région à soutenir ainsi les infrastructures ferroviaires. Nous réitérons l’urgence que l’Etat prenne enfin ses responsabilités dans le dossier du financement des infrastructures ferroviaires en Occitanie.
Les élu-e-s du groupe CRC sont engagé-e-s et mobilisé-e-s pour toutes les circulations ferroviaires et cela demande de la présence humaine, en gare, dans les trains, à la police ferroviaire, dans les centres de maintenance et dans les postes d’aiguillage pour atteindre l’objectif de 100 000 voyageurs par jour.
Nous sommes pour une prolongation de la convention TER la plus longue possible avec Sncf Voyages sans mise en concurrence et ce avant le 1er janvier 2023, date de l’obligation légale de passer par des appels d’offres.
Nous soutenons les trains de nuit avec la perspective du retour enfin du Paris-Tarbes en décembre prochain, ainsi que la possibilité d’envisager le retour d’autres relations, notamment concernant les relations Massif central-Clermont-Ferrand-Paris
Nous restons vigilants pour les liaisons de jour des Trains d’Equilibre du Territoire en Occitanie en particulier pour l’Aubrac.
Nous saluons les avancées pour les dossiers des deux LGV, Montpellier- Perpignan avec une première tranche jusqu’à Béziers et Toulouse-Bordeaux avec une première tranche jusqu’à Agen, deux infrastructures indispensables afin de développer le TER et le fret ferroviaire.
Concernant le fret ferroviaire, nous maintenons notre exigence d’une liaison ferroviaire pérenne entre le marché Saint-Charles de Perpignan et le MIN de Rungis. L’Occitanie est traversée par plusieurs liaisons grande distance pour le fret, il faut qu’elles se développent encore en complémentarité avec le retour du wagon isolé.
L’Etat doit assumer ses responsabilités tant sur l’infrastructure que sur le fret et les liaisons grande distance. Le désengagement financier des gouvernants depuis une vingtaine d’année est insupportable ! ».

 

Les élus de la Région Occitanie du Groupe Communiste, Républicain et Citoyen (CRC)