(Communiqué)

 

-« Élections régionales en Occitanie : la main tendue de La France Insoumise
L’appel pour une fédération populaire en Occitanie, soutenu par La France Insoumise, est déjà soutenu par 1 500 citoyens. Nous invitons à le signer plus largement encore sur www.occitaniepopulaire.fr et à amplifier cette dynamique.
Cette démarche pour les élections régionales et départementales de mars 2021 vise à fédérer autour de causes communes: mettre en place un bouclier social et sanitaire, engager clairement la bifurcation écologique et favoriser la participation populaire dans les décisions politiques.
Nous voulons œuvrer au rassemblement des citoyennes et des citoyens engagés dans les combats écologiques, sociaux et démocratiques, des membres des associations, ONGs, syndicats et avec des forces politiques qui partagent l’objectif de rendre ces causes communes majoritaires.
Une telle ambition s’inscrit nécessairement en opposition à la politique du gouvernement Macron et comme alternative à la politique menée par le Conseil régionale Occitanie.
En conférence de presse à Montpellier le 16 octobre dernier, Myriam Martin, présidente de la commission Éducation au Conseil régional a déclaré « à la Région, l’action des élus, notamment LFI, a permis de conquérir des mesures d’intérêt général comme la gratuité des équipements pour les lycéens et apprentis. Mais nombre de nos propositions sont ignorées. Pire, comment accepter la décision d’augmenter le temps de travail des agents des lycées sans augmentation des salaires ? Comment accepter le refus d’introduire de véritables contreparties sociales et écologiques aux aides aux entreprises ? Comment accepter les grands projets ruineux et désastreux pour l’environnement comme l’autoroute Castres-Toulouse ou l’extension du port de Port-La-Nouvelle ? Il faut que les forces se rassemblent pour créer une liste qui porte un projet alternatif et qui mette en avant la question démocratique ».
Manuel Bompard, député européen LFI a ajouté « nous tendons la main à EELV, aux communistes, à Génération.s, à Place Publique, à GDS, GRS, à toutes les organisations politiques qui veulent apporter des réponses à la hauteur de la crise sociale qui s’annonce terrible dans notre région. Nous voulons rassembler autour d’un autre cap. Un premier tour de discussion a eu lieu avec ces organisations, nous espérons les convaincre d’ici mi-novembre. Nous proposons un rassemblement cohérent au contraire de Carole Delga qui a aujourd’hui des élus macronistes dans sa majorité. Au premier ou au deuxième tour, peut-elle s’allier à LREM ? Nous lui demandons de faire la lumière sur ses choix. »