Salon du livre « Tauromachie et traditions du sud », rencontre avec les auteurs, tables rondes, expositions, samedi 5 août de 16h à 19h… Chaque année depuis 19 ans, la littérature taurine s’invite chaque été en Roussillon. Le prix Feria est attribué à cette occasion pendant les fêtes de Millas. Cette année, c’est au tour de , incontournable journaliste taurin  Zocato de décrocher le très convoité prix Feria de littérature.  

ZOCATO, Vincent Bourg dans le civil, fait les beaux jours de la tauromachie sur les chaînes de télévisions. Armé de sa plume flamboyante, il écrit aussi des chroniques de Sud-Ouest.   En 1997, il publie aux éditions de Faucompret, Les Contes de Zocato, un recueil original sur la tauromachie. Reconnu par le monde taurin, ce landais d’origine, âgé de 55 ans, suit plus de 150 corridas par an. Il a écrit de nombreux livres sur la tauromachie et a reçu le prix Hemingway en 2008. Présent dans les arènes de la sphère taurine, il observe et côtoie les maestros. L’essentiel de son travail est constitué des nombreux reportages, chroniques ou articles de presse qui sont toujours attendus par les amateurs de tauromachie. Ses analyses sont redoutées tant par les éleveurs que par les équipes de toreros placés sous les ordres du matador.

Conteur charismatique, il a le don de faire voyager les gens dans cet univers taurin empli de peurs, de drames et de bonheurs.  ZOCATO a vu toréer tous les matadors, les grands comme les plus modestes.  Ses articles et ses anecdotes, parfumés du vent d’Espagne, ont l’art de transformer une imminence de mort en une vie toujours recommencée. Ainsi va son écriture templada comme une muleta qui trace sur le sable du ruedo le message sans fin d’une caresse qui ne peut s’oublier.

Avec ZOCATO, toute corrida devient pièce de théâtre antique, opéra baroque, poème épique. Où il nous parle de la naissance d’une étoile (Enrique Ponce), du portier de l’enfer (Padilla), de l’ami Yiyo, encorné en plein coeur le 30 août 1985, des toreros d’hier, Cesar Rincon, El Cordobés, Paco Ojeda, Manzanarès, mais aussi de Torquemada, de Beethoven, de Jérusalem, de jambon et de queue de toro en daube.

La magie rouge et noire de l’arène

Zocato.

Le débat avec Zocato  sera animé par Yves CHARNET, président de la Feria du livre et auteur d’un nouveau roman de Dans son regard rouges, et Le bateau livre.

Yves CHARNET ne connaissait rien aux taureaux quand il publie en 1993 son premier livre, Proses du fils (Editions de La Table Ronde). Enfant brûlé à l’absence d’un père, son œuvre coud au plus près du corps un habit de lumière noire, avec les lambeaux d’une conscience ultra-sensible.

 

Ce compagnon de Baudelaire (qu’il lit et auquel l’universitaire qu’il est consacrera deux essais) et de Nougaro (avec lequel il se lie comme à un père qu’il n’a pas eu) découvre sous le soleil d’Espagne la corrida, la magie rouge et noire de l’arène. Il en tombe amoureux, indéfectiblement. Ses voyages désormais suivent ceux des toreros, il les fréquente, les aime et écrit sur eux ; deux livres marient l’encre et l’épée, la figure du héros et celle de l’écrivain : Lettres à Juan Bautista (La Table ronde, 2008) et Miroirs de Julien L., sur Julien LESCARET (Au Diable Vauvert, 2012).

Il devrait donc y avoir du monde ce vendredi pour partager avec cet aficionado lyrique l’amour des lettres et de l’arène. Dans son regard aux lèvres rouges ne craint rien de la force de la littérature – Yves CHARNET y risque son corps, il y risque sa phrase, et son style dans ce corps à corps avec Romy B.  Roman au présent, roman présent, vivant, survivant, l’auteur  sait les blessures et les joies, il en fait un roman rouge comme un baiser.

 

Ozvan Bottois  invité d’honneur

Ozvan Bottois avec son livre d’art « Tauromachie de l’arène à la toile » (Editions Hazan) est l’invité d’honneur de cette 19ième Feria du livre.   Entrer dans l’arène, affronter la toile, c’est combattre, tant il est vrai que la création a partie liée avec la mort… Barcelo, Botero, Dalí, Gustave Doré, Goya, Manet, Masson, Picasso, Solana, Viallat, Zuloaga, tous ont exploré leur fascination pour la corrida et les valeurs qu’elle partage avec l’art authentique. Alors même qu’un Picasso confesse son impuissance à transposer le spectacle sur la toile, au risque pour certains de sombrer dans l’espagnolade, la couleur locale ou le kitsch, nombreux sont les artistes à s’y aventurer. De la radicalité des eaux-fortes de Goya aux formes immémoriales des couvercles en métal de Viallat, dramaturgie, érotisme, violence, sacrifice, sacralité, intemporalité sont convoqués dans une inlassable remise en jeu du métier. Aucune étude ne s’est encore proposée d’envisager sur un temps long les échanges féconds entre art et tauromachie, ni d’en interroger les principaux enjeux. Pourquoi les artistes s’acharnent-ils à peindre la corrida, avec quelle passion, sur quelles terres secrètes  ? Variant les lectures, à la fois iconographique, historique et poétique, ce livre pionnier perce à jour l’acharnement des artistes à fondre la tauromachie dans leur pratique. Ozvan Bottois analyse la représentation de la corrida en soi –  le toro, le torero, la corrida et son rituel  –, mais également la façon dont elle s’articule avec les différents contextes culturels, identitaires et politiques. Il étudie aussi le mythe et la poétique de l’arène, dégageant ainsi la portée universelle que les artistes assignent au choc du taureau et de l’homme sous le regard de la foule, véritable chœur antique. Un même désir anime artistes et toreros, celui du  duende, cette grâce ou cette confirmation que la corrida peut être affaire de peinture, un art dans l’art, une nécessité dans la création.

 

Programme Féria du Livre de Millas 2017

 

Salon du livre taurin durant toute la Féria de Millas

organisé par le Comité d’Animations Culturelles de Millas et le Centre Méditerranéen de Littérature.

Carte blanche à Yves Charnet, « Dans son regard aux lèvres rouges »

(Editions Le bateau ivre)

Invité d’honneur : Ozvan Bottois, « Tauromachie de l’arène à la toile »

(Editions Hazan)

16h – Ouverture de la Féria du Livre dans le patio de la Mairie de Millas : dédicaces

d’auteurs, mano à mano, lectures, présentation de livres taurins, expositions,

présentation du Prix Hemingway 2017.

18h – Présentation par Yves Charnet, Président de la Féria du Livre, de l’œuvre de Vincent

Bourg, dit Zocato, suivie de la remise Officielle du Prix Féria 2017 qu’il a obtenu pour l’ensemble de son œuvre et son dernier récit « Chroniques Taurines »

(Editions Eaux fortes), en présence des membres du jury.

Ce message (et toutes ses pièces jointes éventuelles) est confidentiel et établi à l’attention exclusive de ses destinataires, sans toutefois engager la Caisse d’Epargne du Languedoc Roussillon à l’égard de sa clientèle. Toute utilisation de ce message non conforme à sa destination, toute diffusion, totale ou partielle, est interdite, sauf autorisation expresse. L’Internet ne permettant pas d’assurer l’intégrité de ce message, la Caisse d’Epargne du Languedoc Roussillon décline toute responsabilité au titre de ce message, s’il a été altéré, déformé ou falsifié.