(Communiqué)

 

 

Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation

 

-« Hélie de Saint Marc a écrit dans Toute une vie : « La déportation m’a appris ce que pouvait être le sens d’une vie humaine : combattre pour sauvegarder ce filet d’esprit que nous recevons en naissant et que nous rendons en mourant. » Depuis 1954, la France a instauré la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation qui se tient chaque dernier dimanche d’avril, avancée au 22 avril pour cause d’élection. Les Juifs sont la principale cible de cette vague de déportation, emportant également avec elle tous ceux qui s’opposent à cette politique initiée par Adolf Hitler. Sont également visés les Tsiganes, les personnes handicapées. La France de l’Occupation participera à cette atrocité en obéissant aux ordres nazis et en organisant l’envoi de 75 convois de 1942 à 1944 du territoire français vers le camp de Drancy dont la plupart des déportés seront ensuite envoyés à Auschwitz. Dans ces convois plus de 75 000 Juifs dont 11 000 enfants seront transportés dans des conditions inhumaines à destination de l’horreur. Seuls 3% d’entre eux réussiront à préserver ce filet d’esprit qui ne les fait pas basculer du côté de la mort, soit 2 566 personnes. Sans doute vous êtes-vous déjà posé la question : qu’aurais-je fait si j’avais vécu cette partie de l’Histoire ? Certaines personnes n’ont pas hésité à risquer leur vie, celle de leur famille pour s’opposer à cette mécanique infernale et essayer de l’enrayer ou de la faire changer de chemin pour l’empêcher de broyer des vies. Certains ont caché des personnes dans des lieux préservés, certains ont caché des enfants en changeant leur identité, d’autres ont rejoint la Résistance pour lutter contre cette infamie. Des héros ont également agi au sein même des camps de la mort. Rester humain au cœur de l’inhumain, nous avons donc un double devoir : commémorer pour honorer, Commémorer pour protéger. Aussi, nous souhaitons nous souvenir des faits, pour nous souvenir de ces femmes et de ces hommes qui ont subi le pire, de ces femmes et de ces hommes qui ont agi héroïquement face au pire. Selon un rapport publié lundi 24 janvier par l’Agence juive et l’Organisation sioniste mondiale, les actes à motif antisémite ont atteint leur plus haut niveau sur dix ans en 2021 avec plus de dix incidents par jour dans le monde. Près de 50% des actes antisémites se sont produits en Europe. La France a mis en place différents plans pour lutter contre toute forme de discrimination. La commune de Millas soutient également tout projet allant dans ce sens. Ce vendredi 22 avril, au pied du monument aux Morts, s’est déroulée une cérémonie pour rendre hommage aux victimes et héros de la déportation. Après le discours du maire, le message rédigé conjointement par les différentes fédérations de déportés, internés, résistants et patriotes, a été lu par  Claude Person, 1er adjoint. Lors de cette cérémonie, en présence du sénateur Jean Sol, du Colonel Bernard Hillenmeyer et du maire de la commune Jacques Garsau, une gerbe a été déposée pour cet hommage solennel. Alors, souvenons-nous, transmettons aux jeunes générations nos connaissances et surtout poursuivons la lutte dans notre quotidien ».