(Communiqué)

 

 

S’il est surtout connu pour les mobilités et échanges des étudiants, le programme Erasmus+ offre la possibilité à de nombreux autres acteurs publics et privés de partir se former ou d’organiser des mobilités aux bénéfice de leurs apprenants, en Europe et dans le reste du monde

 

Le collège Christian-Bourquin sous la responsabilité de son chef d’établissement, Cyril Lapene, bien épaulé par la mairie de Millas a mis en place cet important projet démarré en novembre 2019 et qui devait s’achever en juin 2021, mais suite aux contraintes liées à la crise sanitaire de la COVID, a obtenu un prolongement d’un an pour clôturer les différentes mobilités
« Ce projet Erasmus+, débuté par nos élèves de 5e en 2019 et qui se termine aujourd’hui avec nos élèves de 3e, a permis à une cinquantaine de nos collégiens de participer aux diverses mobilités et ceux malgré la crise sanitaire. Un projet d’échange et d’ouverture au monde à travers les langues qui concerne six pays partenaires que sont : la Pologne, la Lituanie, l’Italie, le Portugal, l’Allemagne et l’Espagne. Avec une participation de 100 euros par élève, il permet à chacun de réaliser ses rêves de mobilité », souligne Monsieur Lapene.
Ce projet est un projet de fond que le collège a conduit pendant trois ans. L’objectif est à la fois de permettre aux enseignants de se perfectionner professionnellement tout en s’ouvrant à une dimension européenne, à la fois de permettre à un groupe d’élèves important de découvrir un pays, une culture et une langue étrangère.
Ce projet est une véritable réussite car il a permis au collège d’obtenir le label « Euroscol » délivré par le ministère de l’éducation nationale et vise à reconnaître la mobilisation de l’établissement dans une dynamique européenne.
Le collège envisage également l’obtention d’une accréditation Erasmus + qui permettra l’attribution de bourse Erasmus+ et d’alléger les candidatures annuelles pour les départs à l’étranger.
On peut se féliciter que malgré deux années contrariées en raison de la crise sanitaire et du contexte géopolitique, la plupart des mobilités ont pu avoir lieu, sauf celle de Lituanie.
La mobilité française a su se réinventer pendant cette période en proposant une mobilité virtuelle à travers des jeux en visioconférence ou des escapes games.
Quant à la mobilité polonaise, la France s’en est saisie et elle se déroule actuellement dans notre canton et plus précisément dans le superbe jardin de la maison du parc à Millas sous un soleil radieux.
Ce projet a pu se mettre en place grâce à l’investissement et aux nombreuses heures de travail de deux supers enseignantes-coordonnatrices : Madame Juanola et Madame Fuster, du chef d’établissement Monsieur Lapene, de son adjoint Monsieur Canton et grâce aussi au partenariat avec la mairie et l’implication de Jacques Garsau, maire de Millas, dans la vie de l’établissement.

Enfin on soulignera le rôle essentiel de la gestionnaire Madame Pugnet car comme le précise Monsieur Lapene : « Si ton gestionnaire ne tient pas la route, il ne faut pas se lancer dans les projets Erasmus ».
Les professeurs montent des projets, suivent des formations, s’ouvrent à l’Europe, donnent à leurs élèves une réelle connaissance européenne. L’école remplit à travers ce type de projet toute sa mission d’éducation.