Sous ce titre, EELV Pays Catalan communique :

 

-« Une déviation de 1,7 km devant passer au nord de Marquixanes, entre l’actuel tracé de la N-116 et la Têt, est en projet.

Coût : 30 millions d’euros environ. Et des impacts forts :
– destruction d’habitations ;
– artificialisation de parcelles agricoles et zones naturelles ;
– trafic routier à 80km/h = pollution sonore aggravée ;
– desserte de Marquixanes par le bus contrariée, puisqu’il n’y aurait plus d’accès au village que par l’ouest…

La suppression du passage à niveau sur la N-116 permettrait certes de raccourcir le temps de trajet entre Prades et Perpignan. Oui, mais seulement lorsque le passage d’un train bloque la circulation ! Le reste du temps, le gain de temps sur cet axe est estimable… à moins de trente secondes.

En effet :
1,7 km à 80km/h = 1 minute et 16 secondes pour franchir Marquixanes avec le projet de déviation
1,5 km à 50km/h = 1 minute et 48 secondes pour franchir Marquixanes actuellement

Un tel projet est-il justifié ? Le doute est permis. D’autant qu’une amélioration du franchissement de Marquixanes est possible :
– en conservant l’emprise actuelle de la N-116,
– en travaillant à des aménagements susceptibles de fluidifier et sécuriser la circulation dans le village, améliorer sa desserte et y faciliter les déplacements, notamment piétons et cyclistes.

 

 

Proposition alternative
Pourrait en effet être envisagé :
– le déplacement de l’arrêt de bus (dans les deux sens) à la hauteur de la salle des fêtes, avec voie d’arrêt en site propre,
– la création d’un giratoire pour Eus et Arboussol,
– l’élargissement de la voirie en face le tabac, pour permettre une voie d’accès à son parking,
– l’élargissement de la voirie en face la rue Pailleret, pour qu’une voie dédiée permette de tourner sans gêner la circulation.

D’après des observations réalisées par des habitants de Marquixanes, ces élargissements peuvent être réalisés en utilisant pour l’essentiel l’espace laissé libre par des bâtiments ou habitations désaffectés qui pourraient être démolis.

Un passage sous la voie ferrée : à l’ouest, et non à l’est.
Aussi, considérant le budget pressenti pour cette déviation et l’hypothèse d’une franchissement inférieur de la voie ferrée déjà acté, une solution véritablement source d’efficacité – et de sécurité – serait de faire passer la N116 sous le passage à niveau situé à l’ouest de Marquixanes.

Repenser le bâti bordant le nord de la N-116.
Enfin, il serait probablement idéal de prévoir, à terme, le rachat et la destruction des quelques habitations (moins d’une dizaine) situées entre la N116, la voie ferrée et les deux passages à niveau de la commune. Ceci afin de redonner à cet endroit de Marquixanes un peu de perspective, des espaces végétalisés et des possibilités de stationnements facilitant l’accès aux commerces locaux.

Ce texte est extrait de l’avis que le groupe EELV – Pyrénées catalanes a déposé dans le cadre de l’enquête publique relative au projet de déviation nord de Marquixanes ».

 

David Berrué
Porte-parole EELV – Pyrénées catalanes

Contact : eelv.montagnescatalanes@gmail.com