C’est reparti mon kiki !… Ce samedi 3 avril, dès 8h, circulation bloquée en direction de la frontière du Perthus, et plus spectaculairement depuis le rond-point du casino-jeux JOA au Boulou. Par mesure de sécurité, vers 9h on apprenait que les gendarmes décidaient enfin de bloquer le trafic à hauteur de la commune Les Cluses (Basse). Mais selon les riverains de cet axe et tous ceux qui l’empruntent quotidiennement pour des raisons professionnelles, qui pointent du doigt à juste titre « un manque flagrant d’anticipation » : c’était déjà trop tard ; le merdier était solidifié !

On peut légitimement s’interroger et interpeller pouvoirs-publics et certains élus en charge de faire respecter les lois et, notamment, celle issue des décisions gouvernementales dans le cadre de la crise sanitaire liée au coronavirus (COVID).

La légitime colère de certains élus

Les (trop) rares maires des P-O fermement décidés à appliquer les consignes « Macronistes » dans l’intérêt général, même s’ils ne sont pas toujours d’accord avec le choix des restrictions imposées, dénoncent, en vrac : « Plutôt que d’analyser la situation via des visioconférences interminables, les autorités feraient mieux d’aller sur le terrain ! Elles y mesureraient l’ampleur du bordel ambiant ».

Et encore : « Comme d’habitude ! C’est un foutoir sans nom. A chaque annonce, ils devraient le gérer en amont. Tout le monde s’en fout ! Dans l’Administration, c’est bien connu, il n’y a pas de sanction… ni de prime à la performance, d’ailleurs ».

Enfin, un troisième maire, contacté par téléphone, se lâche : « Entre les crétins et les médiocres, dans ce fichu département ils se prennent tous pour des avions de chasse sans jamais se remettre en question. On voit ici le résultat ! ».

Les stations balnéaires sont envahies de touristes depuis les annonces du Président de la République. Inévitablement le virus COVID circule désormais sur le sol roussillonnais à la vitesse « Grand V » ! C’est du n’importe quoi.

Plages bondées (surtout avec les températures estivales qui traversent le département depuis quelques jours), familles entières sans masques, sans pratiquer les gestes barrières… à toutes heures du jour et de la nuit, au mépris du couvre-feu. Les locations particulières touristiques affichent complet dans nombre de stations balnéaires. Et ces touristes-là, croyez-le, ce ne sont pas le haut du panier ! Pauvre Roussillon.

C’est « Open Bar » jusqu’à mardi, c’est le Président Macron qui l’a décidé. Allez-y, profitez-en ! Les Soignants à l’hôpital de Perpignan sont à plaindre. Dans trois semaines, ils pourraient être emportés par un tsunami…

 

L.M.