Samedi noir – hier, 6 novembre 2021 – pour les différentes équipes sportives roussillonnaises engagées dans un championnat national ou régional. Du jamais vu… à ce stade !

A Argelès-sur-Mer, face à l’équipe de Rodez (Aveyron), le Football Club Albères-Argelès (FCAA) n’a pas réussi à s’imposer et a dû se contenter d’un match nul au score fleuve : 4 à 4 ! Encaisser quatre buts à domicile, ce n’est pas tous les week-ends qu’on peut voir ça.

A Canet-en-Roussillon, le CRFC recevait l’équipe de Bergerac (Dordogne), en National 2, et a littéralement pris une râclée : perdant 3 buts à 0. Sans commentaire. Seule consolation : la lecture du journal local, chauvin jusqu’au bout, qui laisserait croire, ou presque, malgré la défaite des « Maritimes », que ces derniers ont quand même gagné : « Canet rusé par Bergerac ». Incroyable !

A Toulouse, au rugby à XV, comme attendu, le Stade Toulousain a infligé une belle leçon aux Perpignanais en écrasant l’USAP : 37 à 15. Bon, en même temps, soyons un peu chauvin, c’était le combat du 1er, au classement du Top 14, contre l’avant-dernier. Ouf, ça rassure !

On pourrait encore et encore, hélas et trois fois hélas, multiplier les exemples avec d’autres équipes des P-O qui étaient hier en compétition et qui ont donc trouvé plus fort qu’elles.

Et comme si cela n’était pas suffisant, humiliant, rageur, même en dehors du champ sportif le succès n’a pas toujours été au rendez-vous, ce samedi 6 novembre 2021. Prenons l’organisation de la traditionnelle « Diada Catalana » qui chaque année, à la même époque, à Perpignan, au pied de l’emblématique Castillet symbole de leur combat, est censée réunir les Catalans Unionistes des deux Catalogne(s), nord et sud, pour marquer leur opposition au fameux Traité des Pyrénées signé le 7 novembre 1659, sur l’île des Faisans… Traité qui a officiellement détaché le Roussillon de la Catalunya, vaincue par les Gaulois.

Selon les médias locaux, seulement deux milles personnes auraient honoré ce rendez-vous, dont plus de la moitié venues du sud des Pyrénées, d’Espagne. Les temps changent…

L.M.

 

*Une note d’espoir et d’optimisme toutefois dans ce tableau noir : le record de France établi hier, à Kazan – Fédération de Russie, capitale de la république du Tatarstan -, par la nageuse canétoise Analia Pigrée (Natation66)… 3e des championnats d’Europe en petit bassin sur 100 mètres dos, elle efface le record de France de Laure Manaudou. Avec un chrono de 56″40, la Guyanaise pulvérise le précédent record de France !