Alerte (Vu sur la Toile)

 

Sécheresse : l’alerte s’étend désormais à vingt-quatre départements
(BFMTV)
|

BFMTV.- La sécheresse continue de gagner du terrain en France. Vingt-quatre départements sont actuellement en alerte sécheresse, selon les derniers chiffres du ministère de la Transition écologique. Une tendance corrélée à la forte vague de chaleur qui a touché l’Hexagone depuis la mi-mai, avec des températures atteignant parfois les 35°C.

Autre élément: les épisodes pluvieux se sont faits beaucoup plus rares cet hiver qu’à l’accoutumé, ne permettant pas aux nappes phréatiques de se régénérer et aux sols de s’hydrater en profondeur.

Dans le détail les départements en alerte sécheresse sont : les Bouches-du-Rhône, le Var, les Alpes-Maritimes, les Alpes-de-Haute-Provence, le Vaucluse, les Hautes-Alpes, l’Ardèche, la Drôme, la Haute-Savoie, l’Ain, le Tarn, les Pyrénées Atlantiques, la Dordogne, la Charente, la Charente-Maritime, la Vienne, les Deux-Sèvres, la Vendée, la Maine-et-Loire, la Loire-Atlantique, la Sarthe, l’Ille-et-Vilaine, les Côtes d’Armor, l’Yonne et le Loiret.

« C’est la nouvelle normalité », a jugé sur BFMTV François Gemenne spécialiste du climat, mais aussi co-rédacteur du dernier rapport du Giec. « Cela nécessite une réponse structurelle, on ne peut plus les considérer comme des évènements exceptionnels qui nécessitaient pas de réponse politique parce qu’ils n’étaient pas amenés à se reproduire », a-t-il plaidé.
En déplacement dans le Loiret jeudi dernier, la Première ministre Elisabeth Borne a annoncé la mise en place d’une enveloppe de 400 millions d’euros à destination des agriculteurs, principales victimes de la sécheresse.

« Par ailleurs, partout où ça se justifiera, nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages. C’est la solidarité nationale qui va accompagner les éleveurs qui sont le plus affectés par la sécheresse », a également expliqué l’ancienne ministre de la Transition écologique et solidaire.

Autre secteur impacté par la sécheresse : le tourisme. Illustration dans le Verdon, où certaines activités nautiques n’ont pas pu ouvrir pour ce week-end de l’Ascension, le niveau de l’eau étant trop bas. Le barrage EDF situé en amont ne procède à aucun lâché d’eau. Le débit est de trois m3 par seconde, soit, au moins, dix fois moins que lorsque le barrage est ouvert. Depuis le début de l’hiver, le niveau des précipitations est faible. Il est tombé seulement 80 centimètres sur les hauts sommets contre six mètres normalement.