C’est le clou du spectacle. En pleine crise sanitaire liée au coronavirus, la plus haute juridiction administrative française, le Conseil d’Etat, accouche d’une souris : dans le cadre du dispositif mis en place par le Gouvernement pour confiner la population française, le Conseil d’Etat demande de revoir la copie sur certaines dérogations concernant  sport individuel – l’activité physique comme le jogging ou le footing… les ébats sexuels ne sont pas (encore) concernés – les marchés de plein air et les visites médicales. Le Conseil d’Etat a estimé et jugé « trop large » l’autorisation de pratiques sportives individuelles, entr’autres. Avec un tel avertissement, c’est sûr on va vaincre le coronavirus. Insignifiant.

Mais, bien sûr, évidemment, le Conseil d’Etat a refusé, hier dimanche (ça va nous coûter encore un max car ses membres se sont réunis un « jour férié » !), d’ordonner le « confinement total » pourtant réclamé en urgence par le corps médical.

Bref, une fois de plus, les Sages du Conseil d’Etat vont nous sauver ! Pauvre Gaule…

L.M.