Coiffeurs, libraires, parfumeurs, salons d’esthétique, boutiques de vêtements, de chaussures, bistrots bien sûr, etc.-etc., bref tous les commerces en France repérés comme « non alimentaires » sont à nouveau fermés, depuis hier, et dans un premier temps pour une durée de quatre semaines (minimum), dans le cadre de la crise sanitaire liée au COVID-19.

Question : dans le strict cadre de la lutte contre le coronavirus donc, pour la seconde période de confinement infligée à la population française, pourquoi reproduit-on le même modèle que celui mis en place au printemps dernier et qui a donné le résultat que nous connaissons tous ? A savoir que malgré la fermeture des commerces dits « non alimentaires » la pandémie a poursuivi son expansion.

Ce premier confinement n’a pas empêché le virus de prospérer sur le territoire… Alors qu’à la sortie « Monsieur Déconfinement » se voulait rassurant.

Ne dit-on pas dans l’inventaire de nos expressions populaires « Que les mêmes causes – les mêmes conditions en l’occurrence – produisent les mêmes effets » ?…

N’aurait-il pas été plus judicieux, pour ce reconfinement, de faire l’inverse de ce qui avait été décidé lors du premier confinement ? A savoir, par exemple, fermer les grandes surfaces et laisser ouverts tous les petits commerces de proximité…

Tout cela est vraiment incompréhensible. D’autant que malgré ce reconfinement certains experts, pourtant réputés optimistes, nous annoncent déjà la troisième vague pour le printemps 2021. Qui croire ?

 

L.M.