(Vu sur la Toile)

 

Pourquoi cette quatrième vague de chaleur s’annonce pire que la précédente
(Kévin Floury avec Jules Fresard – Rédaction BFMTV)

|
BFMTV.- A peine la troisième vague terminée, la France entre dès ce lundi dans sa quatrième vague de chaleur de l’été. Avec des températures qui vont dépasser les 35°C dans de nombreuses villes pendant plusieurs jours, les seuils nécessaires au déclenchement de l’alerte canicule vont être atteints dans divers départements de l’Hexagone. Le Gard et le Vaucluse se trouvent déjà en vigilance orange.

Preuve de sa sévérité, ce nouvel épisode va se caractériser par sa durée. Alors que lors de la dernière vague, les fortes chaleurs s’étaient surtout concentrées sur la journée du mercredi 3 août, cette fois, les températures caniculaires vont s’installer et persister.

 

Des nuits chaudes attendues

 

Ainsi, à Bordeaux (Gironde), 35°C sont annoncés dès ce lundi. Et entre les journées de mardi et vendredi, le mercure ne devrait pas descendre sous la barre des 37°C, selon les dernières prévisions de Météo-France. Même constat à Rennes (Ille-et-Vilaine), où 36°C sont annoncés mercredi, 35 jeudi et à nouveau 36 vendredi. Localement, des pointes à 40°C sont possibles partout en France.
Pourquoi cette quatrième vague de chaleur s’annonce pire que la précédente
La nuit, les températures resteront chaudes, comme à Bordeaux, où l’on attend 25 et 26°C nocturnes entre mardi et vendredi soir.

 

Des conditions météorologiques propices

 

Cette sévérité de la quatrième vague de chaleur s’explique par les conditions météorologiques observées au-dessus du continent européen. Un puissant anticyclone, synonyme en météorologie d’un temps sec et chaud, se situe actuellement sur les îles britanniques, venant « protéger » la France et l’exposant à de fortes températures.

Ce phénomène est combiné à une perturbation située sur le Portugal, qui permet à un courant d’air brûlant venu du Sahara de remonter jusqu’à l’Hexagone.

En plus du désagrément provoqué par ces températures ainsi que les risques qu’elles font peser sur le corps humain, cette quatrième vague de chaleur va venir aggraver un peu plus la sécheresse qui concerne l’ensemble du territoire, pointée du doigt dans la recrudescence des incendies.