EVJG ! Lisez : Enterrement de la Vie de Jeune Garçon. C’est avec ce sens de l’humour de ceux qui aiment la vie, que l’ami Loïc Torres, a été réveillé aux sons de la cornemuse. Pardon, aux sons de la corne de brume. Loïc est bien connu dans le village. L’entreprise de maçonnerie pour laquelle il travaille porte son nom, celui de son père Jean

 

Sa dulcinée pour sa part, travaille au Café du commerce sur la place Arago. Elle n’en est pas moins connue et est caractérisée par un franc parler à faire rougir n’importe quel chansonnier. Aurore, c’est la perle rare qui fait que cette place à ragot, devient celle des bons mots.

Ce ne sont plus des ragots

La date, reculée à plusieurs reprises pour faute de pandémie, est aujourd’hui incontournable. Elle approche à grands pas. Ce sera définitivement le 4 septembre où Loïc dira oui à Aurore et Aurore à Loïc. Cet heureux événement aura lieu à la mairie d’Estagel et les agapes se dérouleront dans la commune de Calce, le village tout proche. Mais pour le quart d’heure, place à l’enterrement.

Un réveil en fanfare

Dés 6H, à l’heure ou ceux qui partent travailler se lèvent, habituelle pour Loïc et Aurore, la corne de brume annonçait le départ d’une journée pleine de rythme, de mouvement, d’allégresse, de joie, d’amitié. C’est ainsi, que sur les coups de 9H, Thibaud, Laurent, Yannick, Romain etc, animaient la place du village, comme dans les temps plus anciens, ou les jeunes gars fêtaient leur journée de Conseil de révision.

Autre temps, autres mœurs dirons-nous, mais la même superstition heureuse : faire d’un tournant dans la vie un moment inoubliable. Les premières remarques passées sur cette journée de fête, les personnes rencontrées se rangeaient à l’évidence : « Qu’ils profitent de ces instants précieux ».
Voilà encore la jeunesse, notre jeunesse, qui a décidé de franchir le pas. Celle de la rencontre avec une autre vie, avec autre chose. Où l’adolescence cède le pas définitivement à celle d’adulte : fonder une famille, unir deux destinées pour le meilleur et le pire. Pour les bons comme pour les mauvais moments.
Sous les auspices d’un soleil qui promettait de chauffer de tous ces rayons, 35° annoncés, ce 13 août promettait d’être chaud, électrique, long. Quant à Jullian, il attendra d’être un peu plus grand, de commencer par passer calmement son adolescence, pour participer à de telles légitimes réjouissances.
Visca la vida
Meilleurs vœux aux futurs nouveaux mariés !

Joseph Jourda