Qui ne connaît pas Lisette Maurizard à Estagel ? Qui ne connaît pas cette petite femme qui semble si frêle avec pourtant un tempérament à toute épreuve, un courage indomptable, une volonté de fer face aux aléas de la vie ? Quel plus bel exemple en cette journée de la femme ?

 

 

 

C’est donc tout naturellement, qu’elle a décidé de faire pour « tous ces gens, ces enfants qui souffrent de la guerre ». Elle a donc décidé de récolter toutes les denrées non-périssables.

La solidarité de Lisette

Pour elle, c’est clair. Si aujourd’hui cette solidarité doit s’exercer envers les Ukrainiens, ce n’est pas pour autant qu’il faut oublier les Russes qui manifestent dans la rue au détriment possible de leur liberté. « Eux aussi souffrent de voir leurs dirigeants s’engager dans une guerre ». Mais chaque jour suffit à sa peine nous dit Lisette. « Demain, nous verrons ».

Une chose est certaine. Pour cette vigneronne dans l’âme, la solidarité, comme la liberté, ne peuvent pas avoir des frontières.

Où rencontrer Lisette ?

Sur la place du marché, sur la place Arago ou alors dans ses promenades dans la nature. Mais pour le quart d’heure, il sera plus efficace de la joindre au numéro : 06 29 05 42 93. Lisette dit aussi, que toutes les bonnes volontés sont acceptées, car le travail ne manque pas. Ramasser les dons, récupérer des cartons pour l’emballage, remplir ces derniers et organiser le transport à la Croix-Rouge à Rivesaltes. Mais la solidarité, dans les moments pénibles, c’est aussi celle de Viviane qui a utilisé Facebook pour commencer à faire connaître l’initiative de Lisette. Cette dernière devait préciser pour terminer notre échange : « nous, les gens du peuple, nous voulons la Paix. Que la paix ».

Avez-vous compris, grands de ce monde ?

Le message est clair. Mettez-vous au tour d’une table et négociez ! Vous en sortirez grandis pour la postérité.

Joseph Jourda