Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais dès le soir du premier tour, si nous n’y prenions garde, les médias nous auraient presque dit que c’était un succès d’avoir… 53 % et plus d’abstention. Ou de n’avoir que 53 % d’abstention. Prenons-le dans n’importe quel sens. C’est un désastre pour la démocratie.

Analysons le message des médias

À force de s’évertuer à vouloir faire plaisir à l’un, à l’autre, voilà où nous en sommes : toujours à la limite de l’honnêteté, mais sans pouvoir le démontrer et le démonter.

Faire plaisir à l’un, à l’autre, mais pas à tous. D’où une orientation politique qui, en fait, est donnée. Machiavel est passé par là. C’est détestable.
Pour dire le fond de ma pensée seul, dans notre département, en dehors de la presse engagée, deux journalistes méritent ce titre. Si certains se sentent blessés qu’ils utilisent des pansements anti-corrosifs.
L’expérience montre qu’il faut aussi savoir dire les choses aux porteurs de l’information, qu’elles soient positives ou négatives. Et ce, dans n’importe quelle situation. Ce n’est pas en faisant la carpe que les problèmes se résolvent. Que les différences mises en évidence s’estompent. C’est pourtant ce que des “amis” de Paris, venus prendre leur retraite dans notre beau pays, ont voulu nous faire croire pendant trop longtemps et ont malgré tout imposé leur volonté basique.

L’état d’esprit des candidats qui restent en lice

Tous, présentent leur programme comme le meilleur. À y regarder de près, ils ont tous des points communs et parfois même se ressemblent étrangement. Les virgules et les points changeant de place. Mais regardez bien ! Quel est celui qui met en cause et sur le fond, le dictat de l’argent roi, sans demi-mesures. Roi source de tous nos maux ?
S’ils ont bien un point de ressemblance, c’est bien celui d’être construits dans des salons feutrés, avec une bonne température ambiante la plus agréable possible. Ce sont les mêmes, qui viennent nous dire ensuite : « Mais comment ! Tu n’as pas lu le programme ? ». Se présentant ainsi, comme l’intelligent qui avait tout compris.
À mon avis, cela vient du fait que beaucoup trop de ces politiques, ont opté pour ce chemin, car ils ont entrevu la possibilité de faire carrière avec de bons revenus. Ils se déclarent militants depuis 10-15 ans comme si cela était un sacrifice et une notoriété certaine. D’autres attendent la retrait pour s’engager.
Par contre, vous trouverez rarement des candidats qui vont vous dire : « Je suis militant depuis mes 15 ans (dans tel ou tel parti) et à 65 ans et plus, j’en suis toujours ».
En clair, et c’est mon avis, ces derniers ont réellement consacré leur vie à la cause commune sans jamais prétendre à un mandat électif. Servir, voilà leur credo !

L’homme au centre des préoccupations.

À mon humble avis, tout autant que l’homme ne sera pas remis au centre de toute discussion, qu’il sera tenu à l’écart des décisions à prendre, tout en essayant vainement de lui faire croire que c’est lui qui décide, l’abstention comme position politique continuera de grandir.
À vous, messieurs, mesdames, futurs députés, à proposer des lois venant des citoyens, pour reconstruire la démocratie.

Joseph Jourda