Relevé dans le journal espagnol La Vanguardia daté de ce mercredi 2 septembre 2020…

 

« Le dernier grand symbole de la dictature de Franco devient la propriété publique et les héritiers du général sont obligés de le rendre, selon l’arrêt du chef du tribunal de première instance n° 1 d’A Coruña, Marta Canales. Il considère le procès intenté par le parquet, considérant que ce palais de l’estuaire de Bethane a été remis à Francisco Franco en tant que chef de l’Etat et non à titre personnel, comme cela avait été considéré jusqu’à présent, ce qui lui avait permis d’être tenu entre les mains de la famille depuis 1975, date à laquelle il a cessé d’être une résidence d’été officielle. La décision peut faire l’objet d’un appel auprès de l’Audiencia Provincial de Coruña. Le retour au patrimoine public serait une petite réparation face aux abus de la dictature.

L’État Espagnol « n’a jamais renoncé à ses droits ».

A la question: Les blessures de la guerre civile et du franquisme sont-elles toujours ouvertes ? à 80% la réponse est OUI. »