Communiqué du Comité des usagers de la ligne Perpignan-Prades

 

 

« Toujours pas de train à Prades !

Pour l’opinion publique les circulations ont repris sur la ligne Perpignan-Villefranche de Conflent, il n’en est rien…, Depuis le 21 mai, après 885 jours de fermeture (plus de deux ans et cinq mois) seule la liaison Perpignan-Ille-sur-Têt est rétablie, l’autre partie du trajet s’effectue en autocar. Ce qui décourage évidemment les éventuels usagers à cause d’une durée de trajet longue, peu commode et inconfortable.

Les raisons sont les suivantes : une mise sous scellés d’une durée inédite et historique puis un glissement de terrain survenu à Ria en février. Une question se pose alors : pourquoi les trains ne parviennent pas à Prades ? A qui fera-t-on croire que la SNCF, entreprise à la pointe de la technologie, capable de faire rouler quotidiennement des TGV à plus de 300 km/heure, n’est pas capable dans des délais convenables d’installer un dispositif électrique permettant de faire circuler les trains jusqu’à Prades ?

Il y a là une situation inexplicable pour le commun des usagers-citoyens, d’autant plus inexplicable que la grande maison ferroviaire refuse à ce jour de l’expliquer, malgré nos demandes au travers de courriers et de ceux du président de la communauté de commune.

L’association « Train en Têt » écartée jusque-là de toute concertation, demande instamment aux divers responsables :

– De mettre tout en œuvre pour rétablir la circulation jusqu’à Prades dès à présent et sur la totalité de la ligne dans les plus brefs délais.

– De mettre en place des horaires attractifs afin d’augmenter la fréquentation et l’usage du train

– L’amélioration des infrastructures et des équipements pour faire du train le moyen de transport privilégié dans l’axe de la vallée de la Têt.

Le 14 juillet dernier, le Président de la république Emmanuel Macron déclarait « On va re-développer les petites lignes de trains ». Intentions reprises par le Premier ministre Jean Castex lors de ses discours à l’Assemblée Nationale et au Sénat les 15 et 16 juillet. Bonne nouvelle !

Alors allons-y mesdames, messieurs les responsables, à l’action ! L’association « Train en Têt » ne peut que vous encourager dans cette démarche et sera à vos côtés ».