LETTRE AUX COLLIOURENCQS 12 avril 2020

 

« Mes Chers concitoyens,
En ce jour de Pâques si particulier, je voudrais vous témoigner toute ma reconnaissance et ma solidarité.
Je remercie en effet tous ceux qui, malgré les difficultés que cela comporte, respectent les consignes de confinement qui seules, nous préservent pour l’instant, d’une contagion cataclysmique.
Nous entrerons demain dans la cinquième semaine de confinement. Nous avons dès le 23 mars et dans les suites des mesures gouvernementales sur l’état d’urgence sanitaire, organisé la vie de la commune dans une configuration particulière.
La priorité était et reste d’ordre sanitaire. Nous avons réuni les professionnels de santé pour convenir avec eux d’une conduite à tenir face à l’épidémie et d’un mode de communication permanent. Je tiens à souligner encore le rôle essentiel de nos soignants, médecins, pharmaciens, infirmiers et paramédicaux qui, au-delà de faire face à la crise sanitaire, continuent avec courage et souvent des moyens matériels insuffisants, à s’occuper des plus vulnérables de nos concitoyens.
Le deuxième objectif était de ne pas aggraver par le confinement, le danger de l’isolement qui menace les personnes âgées ou vulnérables. A partir des bases du plan communal de sauvegarde, nous avons établi une liste de personnes relevant d’une attention particulière de la collectivité. Cette liste est remise quotidiennement à jour en fonction des signalements des soignants ou de la Police Municipale. En effet, notre Police Municipale qui fait elle aussi un travail extraordinaire au contact de la population, est chargée du recensement et du contact avec les plus fragiles de nos concitoyens.
Je remercie les professionnels du commerce alimentaire qui ont maintenu leur activité à la Ville et au Faubourg. Ils assurent en plus un service de livraison à domicile bien utile. Nous avons maintenu un marché de producteurs le mercredi et le dimanche pour garder un symbole fort du lien social (sanitairement distendu) et permettre aux agriculteurs de maintenir un minimum de revenus.
Les services municipaux ont été mis en configuration de service minimal. Une veille administrative sur l’état civil, l’urbanisme, les finances, est assurée autour du Directeur Général des Services. Les services techniques s’emploient avec un personnel réduit, à assurer une maintenance de la propreté et des installations. Il existe un vrai problème sur la gestion des déchets par l’abandon du tri sélectif. Ceci me paraît avoir été une mesure précipitée dont les conséquences sur une longue période ont été mal évaluées. De même, nous ne procèderons pas à « une désinfection des rues » au moyen de solutions chlorées. C’est une ineptie bactériologique même si l’affichage politique peut apparaître flatteur.
Par ailleurs, j’ai demandé que les commandes de masques à l’intention de la population, fassent l’objet d’une démarche à l’échelle communautaire. Il en va de l’équité que nous devons respecter dans l’action publique. Il faut éviter la surenchère compassionnelle qui pourrait faire croire que telle municipalité en fait plus qu’une autre…

Mes chers concitoyens, vous êtes abreuvés par les médias ou les réseaux sociaux d’une profusion d’informations redondantes, auto-entretenues et parfois contradictoires voire stupides.
La sortie du confinement par la distribution généralisée des masques est une information stupide. Seuls des tests sérologiques à grande échelle pourraient être une garantie sanitaire et encore…
Il faut bien sûr nous persuader que nous sortirons de cette crise. Cependant, à partir du moment où le confinement a constitué la seule réponse possible face à la déferlante épidémique qui menaçait nos services hospitaliers, le taux d’immunité collective face au Covid 19 reste faible. C’est le cas dans notre département qui n’est pas l’un des plus touchés de France. Une levée mal maitrisée des mesures liberticides que nous vivons, nous expose à une deuxième explosion de la maladie qui interviendrait sur des structures hospitalières à peine remises de la première vague… Je voudrais donc vous mettre en garde contre toute démagogie ou prises de position politiques, qui tendraient à faire croire que l’on peut aller plus vite que les certaines lois de la nature qui ont permis à l’humanité de survivre…
La sortie de crise nous laissera devant un paysage humain, social, économique et écologique transformé voire bouleversé.
Chez nous, les entreprises du secteur du tourisme sont particulièrement impactées à court terme, face à la perspective d’une saison blanche. Les promesses fiscales qui sont faites, alors même que les décideurs publics n’en n’ont pas la compétence (les assemblées communales ou intercommunales ne sont pas installées et n’ont donc aucune prérogative fiscale), n’engagent que ceux qui y croient… Si à court terme, les aides institutionnelles auront un effet cosmétique, à moyen terme, la récession qui va frapper notre pays (- 6% de PIB = 120 mds d’€) affectera durablement les comptes du pays et donc la commande publique, moteur de l’économie. On ne survivra pas avec une exonération de la fiscalité locale sur le domaine public (terrasses et parkings). Je salue très sincèrement le courage de ceux qui auront le soin de préparer au mieux cette transition.

Mes chers concitoyens, nous devons donc à l’occasion de cette crise, retrouver les vertus de la vraie solidarité, celles du voisinage, celles de l’entraide quotidienne, celles de l’attention aux autres. Nous aurons pendant tout ce temps redécouvert la valeur de la proximité, du service de proximité, de la simplicité et surtout de la LIBERTE.
Des temps meilleurs nous attendent, sachons nous nourrir de cette expérience pour en vivre toute la saveur.
Prenez soin de vous.
Avec tout mon dévouement »,

Jacques MANYA, maire intérimaire