Paysan-artiste-peintre, c’est ainsi qu’il se définit, Joseph Foxonet, installé à Pia, poursuit pour notre plus grand bonheur son évolution thématique et technique originale, profondément ancrée dans le terroir roussillonnais : « Je peins avec des terres collées sur toile. Cette palette m’offre des couleurs sourdes qui se traduisent en silence et solitudes », exprime-t-il sur les réseaux sociaux pour définir, notamment sur son Facebook public et LinkedIn. Perpignan, Collioure, Céret, Barcelone, Paris… depuis deux décennies il accroche cette terre et ce sable catalan sur les murs de lieux culturels plus ou moins insolites, à l’image de son travail d’artiste.

 

Chacune de ses expositions est un instant unique, car il prend aussi le temps de soigner méticuleusement la mise en scène de ses tableaux. Là où d’autres de ses confrères, guidés par davantage de mercantilisme plutôt qu’un sens artistique, s’évertueraient à encastrer un maximum de toiles du sol au plafond, du comptoir à la terrasse jusque dans les frigos, lui préfère n’en dévoiler qu’un « simple » triptyque, et privilégier la rencontre du public face à son oeuvre.

L’exposition « Mal de Terres », au Café Sola* de Collioure, la résidence secondaire des « fauves » de la côte vermeille, qui se tient actuellement jusqu’à la mi-juin, vient encore en témoigner. S’il le fallait. Performance et sangria ont donné, le vendredi 6 mai à l’heure apéritive (évidemment), le top départ de l’accrochage de ces personnages ensablés jusqu’au coup, à minima, qu’on a vite fait d’adopter au premier regard, tant on a l’impression de retrouver nos voisins de la veille, attablés au bistro ou allongés sur la plage. A savourer…

 

L.M.

 

*Café Sola, Laurent Puigsarbé : 2, place République à Collioure – tél. 04 68 82 55 02.